Accueil
Le bilan du procès Barbarin
Partager

Le bilan du procès Barbarin

Un article rédigé par Jean-Baptiste Cocagne - RCF Lyon,  -  Modifié le 10 janvier 2019
Après quatre jours d'audience, le tribunal correctionnel de Lyon a mis en délibéré sa décision, qui sera rendue le 7 mars prochain. Retour sur un procès marquant.
JBC - Jean-Félix Luciani, avocat de Mgr Barbarin JBC - Jean-Félix Luciani, avocat de Mgr Barbarin

Dans sa plaidoirie, Jean-Félix Luciani, avocat de Mgr Philippe Barbarin, a soutenu que cette procédure de la citation directe « était en trop » dans le combat de La Parole libérée. Mais finalement, on pourrait se dire ce procès Barbarin aura été utile.

Utile pour les victimes tout d'abord, qui ont enfin pu libérer leur parole, faire entendre leurs témoignages et leurs souffrances directement aux responsables de l’Eglise catholique de l’autre côté de la barre. Elles ont aussi enfin obtenu le débat qu'elles réclamaient depuis plusieurs années sur la protection de l’enfance dans notre société.

Pour Pierre-Emmanuel Germain-Thil, partie civile, après écoute des débats, il ne peut qu'y avoir une condamnation.

Les explications des responsables du diocèse de Lyon

Et puis ce procès aura été aussi utile d’une certaine façon pour permettre aux prévenus d’enfin s’expliquer dans un cadre serein, celui d'une salle d'audience, et ainsi mettre fin à la « campagne de haine » qui a « broyé la vie » de certains cités à comparaître, selon les termes utilisés dans sa plaidoirie par Jérôme Chomel de Varagnes, avocat de l'évêque de Nevers Mgr Thierry Brac de la Perrière.

Pour la défense, il aura été en effet beaucoup question de l’utilisation de la médiatisation du combat de La Parole libérée. Question aussi de secret professionnel, « d’erreurs de gouvernance » reconnues par le cardinal Barbarin, mais qui n’en font pas pour autant des infractions selon Jean-Félix Luciani : « il a été maladroit, oui, il a été parfois défaillant, sans doute, mais il n'a jamais commis la moindre faute pénale ». 

Une chose est sûre, tout le monde n’est plus totalement le même après ces quatre jours de procès : victimes, prévenus, mais aussi les nombreuses personnes qui ont assisté aux audiences sur les bancs du public. Comme le père Christian Delorme, délégué du diocèse de Lyon aux relations interreligieuses :


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don