Accueil
Lamarche : la maison du Colonel Renard reprend vie
Partager

Lamarche : la maison du Colonel Renard reprend vie

Un article rédigé par Magali Santulli - RCF Lorraine Nancy, le 3 août 2022  -  Modifié le 3 août 2022

Construite au milieu du 18e siècle, la maison du Colonel Charles Renard, à Lamarche dans les Vosges, a subi les affres du temps. Mais depuis quelques mois, grâce à un nouvel acquéreur, cette maison de maître retrouve un souffle de vie. Destinée à devenir en partie un musée consacré au colonel Renard  - militaire, ingénieur et inventeur français, aéronaute et pionnier de l'aviation -, elle participera ainsi à la redynamisation du tourisme et de l’économie locale.

© Père Johann Ignaz Domas-Conzemius © Père Johann Ignaz Domas-Conzemius

 

Elle va enfin retrouver de sa prestance. A Lamarche, dans les Vosges, la maison du Colonel Charles Renard est une bâtisse construite au milieu du 18e siècle. Cette demeure appelée maison du Colonel Renard est la maison familiale de la famille Renard. Charles Renard y a habité avec son petit frère Paul et ses parents, de 1854 à sa mort en 1905. Il était militaire, ingénieur et inventeur français, aéronaute et pionnier de l'aviation. 

 

Une maison restée dans la famille jusqu’en 1992

Charles Renard n'étais pas marié et n'a pas eu d’enfants. Ce sont donc les descendants de son frère Paul qui héritent de la demeure. Cette dernière est restée dans la famille jusqu’en 1992. Après cette date, la maison fut donnée pour un franc symbolique à la commune de Lamarche. L’acte de donation stipulait que la bâtisse devait rester dans le patrimoine communal pendant vingt-cinq ans. La Maison Renard a été rachetée en décembre 2021 par le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius. “J’ai été expatrié neuf ans en Belgique, et je souhaitais revenir en France”, explique-t-il.

 

Un projet initial de musée du chocolat

Le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius est propriétaire de la marque de chocolat Guérin-Boutron. La Maison Chocolat Guérin-Boutron est une marque de luxe française en activité en France de 1775 à 1942. En 2016, le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius rachète la Maison Guérin-Boutron et relance la production en Belgique. “Je recherchais un bâtiment dans le style 18e siècle pour ouvrir en France un musée du chocolat Guérin-Boutron. Parallèlement, juste avant la crise du Covid-19, j’avais organisé un gala de charité à Bruxelles sur le thème du chocolat et de Marie-Antoinette Josèphe Jeanne de Habsbourg-Lorraine”. Pour faire le lien, c’est justement en Lorraine qu’il se met à chercher un lieu pour son futur musée. 

 

Un nouveau propriétaire tombé sous le charme 

Le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius lance donc ses recherches et entre en contact avec une agence immobilière qui présentait la Maison Renard dans son portefeuille. “Je ne connaissais ni la commune, ni la famille Renard, mais c’est sur cette belle et grande maison de maître que mon choix s’est arrêté. J’ai négocié pour l’acquérir pour la somme de 50 000 €”. Lorsque le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius récupère les clés, la demeure est dans un piteux état d'abandon, l’entretien étant malheureusement trop coûteux pour la commune de Lamarche. “Pendant de nombreuses années, l’eau a pénétré par la toiture et s’est infiltrée dans les étages, provoquant des dégâts considérables”. 

 

Des travaux très importants à prévoir 

Depuis qu’il en est propriétaire, le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius a déjà effectué une mise hors d’eau de la maison. “Les trous dans le toit ont été rebouchés, l’eau ne s’infiltrera plus. Mais toute la charpente et la toiture sont à refaire”. Arrivé en avril 2022 à Lamarche, le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius a retiré les tapisseries pour faire respirer les murs. Il a ouvert la maison pour faire entrer le soleil et pénétrer l’air. “Les odeurs d’humidité et de renfermé ont disparu. On peut dire que depuis environ un mois, la maison est saine”. A cause des infiltrations, il est nécessaire de reprendre les planchers et les plafonds. “L’idée étant de garder un maximum la configuration des pièces et revenir autant que possible dans un style 18e, car certaines parties ont été transformées au fil des décennies”. Electricien et plombier doivent également intervenir. 

 

Un projet à un million d’euros 

Pour réaliser tous ces travaux, le propriétaire des lieux estime qu’il doit trouver un million d’euros. “En plus du prêt bancaire traditionnel, tous les dons seront d’un grand soutien. Il s’agira également de lancer quelques opérations avec la Fondation du Patrimoine. Je vais aussi aller chercher des subventions et concourir à des prix pour obtenir des financements. Puisqu’un musée va être créé, une partie sera par ailleurs financée par les billets d'entrée”. Les mécènes sont aussi les bienvenus, particuliers ou professionnels. “Ces dons sont déductibles des impôts. Les entreprises auront la possibilité d'utiliser la maison pour des séminaires ou conseil d’administration. Il y a aussi un magnifique jardin pour organiser des réceptions”. 

 

Des bénévoles pleinement investis  

Le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius se réjouit de la participation active des habitants de Lamarche et des alentours pour restaurer la maison. “Devant l’immensité de la tâche, cela aurait été très long de tout faire tout seul. Mais les gens viennent m’aider bénévolement pour des effectuer travaux, faire du ménage, m’apprendre des choses... Aujourd’hui, grâce à cette générosité et toutes ces bonnes volontés, la maison est habitable. Lorsque je suis arrivé en avril, je pensais que cela prendrait beaucoup plus de temps. Et pourtant, ça y est, j’ai pu m’y installer, même si c’est de manière rustique”. Car la maison n’a pas seulement vocation à devenir un musée. “Je compte en faire une habitation et louer des chambres, ce qui contribuera à la viabilité financière du projet". 

 

Développer le tourisme local

Pour le Père Johann Ignaz Domas-Conzemius, faire revivre cette maison participera à redynamiser le tourisme local. “Nous sommes en zone rurale, mais l’autoroute n’est qu’à trente minutes. Depuis la crise sanitaire, la manière de passer ses vacances a changé. Les gens font davantage du tourisme près de chez eux”. A noter tout de même que les projets du Père Johann Ignaz Domas-Conzemius ont quelque peu changé entre-temps. “Il y aura bien un musée dans cette bâtisse, mais j’ai finalement décidé de proposer un musée consacré uniquement à Charles Renard, ses inventions, sa famille et sa maison. Le musée du chocolat Guérin-Boutron s’installera également à Lamarche, mais un peu plus loin”.

 

Des créations d’emploi à prévoir

Le musée sur la famille Renard devrait voir le jour dans cinq ans maximum. “Avec le contexte national et international, et les crises qui se succèdent, les démarches sont ralenties. J’espère qu’un jour la demeure pourra obtenir le label Maison des Illustres du ministère de la Culture. Cela lui donnerait une aura supplémentaire et davantage de visibilité”. Si vous êtes en possession d’archives relatives à la famille Renard, les dons sont les bienvenus pour alimenter ce futur musée. Une association pour la sauvegarde de la Maison Renard sera créée d’ici la fin de l’été. “Le musée du chocolat devrait également voir le jour au plus tard dans cinq ans. Il y aura sur place une petite usine de chocolat. Les acteurs locaux sont ravis et ont marqué un intérêt pour ces deux projets. D’autant plus qu’ils conduiront à des créations d’emplois”. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don