Accueil
L'Afghanistan, angle mort de la diplomatie vaticane
Partager

L'Afghanistan, angle mort de la diplomatie vaticane

Un article rédigé par Pauline de Torsiac - RCF, le 1 septembre 2021  -  Modifié le 1 septembre 2021
L'actu chrétienne L'Afghanistan, angle mort de la diplomatie vaticane.

Les États-Unis ont définitivement quitté l’Afghanistan ce mardi 31 août. La totalité des forces américaines déployées sur place ont quitté le pays avec pour principale conséquence la fin des évacuations. Au Vatican, le pape François a fait part de sa préoccupation dimanche lors de la prière de l’Angélus mais l’action concrète du Saint-Siège sur place reste limitée.

 

Autocollant "Bienvenue aux réfugiés". ©Unsplash Autocollant "Bienvenue aux réfugiés". ©Unsplash

 

Le pape est préoccupé par la situation en Afghanistan


À la veille du retrait américain, une attaque suicide revendiquée par le groupe État islamique a tué jeudi dernier plus 13 soldats américains et près d’une centaine d’Afghans à l’aéroport de Kaboul. Depuis Rome, le pape François suit avec inquiétude la tragédie qui se joue sur place.

 

 

 

 

L’Afghanistan, angle mort de la diplomatie vaticane


Si le pape délivre un message fort de soutien à la population afghane et appelle les chrétiens à la prière, sa marge de manœuvre sur place est en réalité très limitée, nous dit Jean-Baptiste Noé, docteur en histoire, rédacteur en chef de la revue Conflits et auteur de "Géopolitique du Vatican" (éd. Presses universitaires de France). “L’Afghanistan est l’un des rares pays où le Saint-Siège n’a pas de relations diplomatiques. C’est un pays où la présence catholique est quasiment inexistante". "C’est un angle mort" pour la diplomatie vaticane. "Les interventions sont limitées car la force du Saint-Siège, c’est la présence de chrétiens qui servent de relais dans un pays." Malgré cette situation complexe, le Saint-Siège est parvenu, la semaine dernière, avec l’aide de l’Italie, à exfiltrer le seul prêtre présent dans le pays, cinq religieuses et 14 enfants handicapés.

 

Une diplomatie de l’accueil des réfugiés

 

À défaut de pouvoir agir sur le terrain afghan, le Saint-Siège œuvre dans l’ombre pour accueillir les réfugiés. Les évêques européens ont déjà pris contact avec des structures qui accueillent les personnes migrantes ou réfugiés. "Les projecteurs sont rivés sur Kaboul et l’Afghanistan parce qu’il y a aujourd'hui une urgence. L'enjeu est aussi dans l’accueil et l’intégration des populations en Europe dans les années qui viennent", estime Jean-Baptiste Noé.

 

Il y a quelques jours, le représentant par intérim du Saint-Siège auprès de l’Onu a exhorté toutes les parties "à reconnaître et à défendre le respect de la dignité humaine et des droits fondamentaux de chaque personne, y compris le droit à la vie, la liberté de religion, le droit à la liberté de mouvement et de réunion pacifique".

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don