Accueil
L'accord sur le Brexit miné par les rivalités politiques au Royaume-Uni
Partager

L'accord sur le Brexit miné par les rivalités politiques au Royaume-Uni

Un article rédigé par Christian Vadon - RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
L'invité de la rédaction L'accord sur le Brexit miné par les rivalités politiques au Royaume-Uni
Le 3 août dernier, Emmanuel Macron a reçu Theresa May au fort de Bregançon. Le président français est resté sur ses positions quant au Brexit.
podcast image par défaut

"Theresa May essaie depuis quelques semaines de faire le tour des capitales européennes. Elle pense que la Commission européenne a une position trop rigide sur le Brexit. Et elle essaie de contourner la position de Michel Barnier, négociateur en chef. Elle tient à ce que les libertés de circulation des capitaux, des hommes, des marchandises soient respectées" explique Patrick Martin-Genier, spécialiste des questions européennes, qui ajoute qu’Emmanuel Macron n’a pour l’instant pas désavoué les positions de Michel Barnier.
 

Pourquoi ont-ils une position aussi stricte ?

"Ils estiment que le problème ne vient pas de l’Union européenne mais du Royaume-Uni. Theresa May fait face à une rebellion au sein du parti conservateur, et elle a la plus grande difficulté à tenir une position cohérente. Elle veut ce qu’il y a de meilleur dans les négociations. S’agissant de l’immigration, elle a en revanche une position très dure, ce qui n’est pas acceptable" ajoute Patrick Martin-Genier.
 

Est-ce que Theresa May a une marge de manœuvre suffisante pour négocier des assouplissements ?

"Cela va être d’abord très compliqué sur le plan interne. Elle est complètement dépendante d’un groupe de députés conservateurs. Elle est également sous la domination du parti unioniste nord-irlandais, des gens favorables à un Brexit assez dur. Elle ne doit son soutien qu’à une poignée de députés travaillistes. La difficulté vient donc beaucoup plus de la politique intérieure que de l’Union européenne" précise ce spécialiste.
 

Michel Barnier estime que Londres et Bruxelles sont d’accord sur 80% de l’accord de retrait. Quels sont les autres questions qui bloquent ?

"Pour l’instant, c’est essentiellement la question irlandaise. C’est la question de la frontière entre les deux pays qui posent problème. Pour le reste il y a le problème de la négociation sur les services. Le nouveau ministre du Brexit a dit que tant que l’on n’était pas d’accord sur les 20% restant, on remettrait en cause éventuellement les autres 80%. C’est un vrai problème. On est encore dans des rivalités politiques au sein du parti conservateur" lance Patrick Martin-Genier.
 

Y-a-t-il un risque d’absence d’accord en octobre prochain ?

"Je pense qu’il y aura un accord. Le problème est que le ministre du Commerce international commence à préparer les Anglais à l’absence de préparation d’accord. Il y a effectivement des risques. Le gouvernement prépare cette option mais ce serait une catastrophe pour l’Union européenne, pour les Britanniques, et les entreprises" conclut Patrick Martin-Genier.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don