Accueil
L'ABBE BERNARD VAN VYNCKT: "Li pape Françwès èl Irak"
Partager

L'ABBE BERNARD VAN VYNCKT: "Li pape Françwès èl Irak"

RCF Namur,  -  Modifié le 29 mars 2021
Emission spéciale RCF Sud Belgique L'ABBE BERNARD VAN VYNCKT: "Li pape Françwès èl Irak"
Le voyage du pape François en Irak, un moment fort de rencontres et d'œcuménisme.

Le pape François en Irak

   Je ne voudrais pas faire de cette émission, un moment pour vous convertir ou vous faire changer d'idées, comme les curés le faisaient, arrivant à saint Domingue, avec Christophe Colomb. Il paraît que, pour en faire des chrétiens, il ont baptisé tant d'habitants de cette île, qu'ils le faisaient au sceau d'eau. Je vous le promets, je ne ferai rien de cela.  
   Mais, parce que nous traversons un moment de crise, dans les journaux ou à la télévision, on a peu parlé du voyage du pape en Irak. Et croyez bien que je ne me sens pas plus catholique que cl pape. Comme j'aime le dire, pour cela, il faut se lever très tôt. Et encore... 
   Je vous en parle car l'Irak, l'Iran, la Syrie,... furent à la lune de l'actualité pendant des années. Aujourd'hui, parce que le virus passe par chez nous, et que l'on n'a plus que les règles à la bouche, que du nombre des personnes hospitalisées ou de décès par jour, que d'autres se demandent s'il reste un peu d'espoir pour aller en vacances à l'étranger, ou... qui vous parle encore de ce qui se passe en ces pays ? Pourtant, ce qui advient là est encore bien pire que chez nous. 
   Que vous soyez chrétiens ou non, le voyage du pape a été un grand moment. D'abord à cause du courage qu'il lui a fallu pour aller visiter un pays des moins sûrs, en ce monde. Il y allait rencontrer les musulmans, à la manière de saint François qui, en 1219, courut en Egypte pour aller parler de paix avec le Sultan Malik El-Kamil.
   A peine descendu de l'avion, qui le menait à Bagdad, et devant les dignitaires du pays, il n'a pas mâché ses mots.  D'abord, il leur a annoncé la raison de son voyage : parler de paix et rencontrer des personnes qui ne pensaient pas comme lui. 
   L'Irak est en guerre depuis 40 ans, et ses premiers mots furent pour dénoncer le bruit des armes : " Faîtes taire les fusils et les canons ! Il y a eu assez de violence et de tueries ! Assez de personnes dans le malheur qui durent quitter le pays pour trouver une terre plus paisible". Dans ce pays, un des plus corrompus de la planète : "Les habitants en ont assez des pratiques douteuses et de la corruption, qui conduisent l'Irak à la faillite et font que les riches sont de plus en plus riches et les pauvres crèvent de misère." 
Ou bien parce que les Chaldéens, les Assyriens, les Syriaques  et tous les chrétiens de là, ont dû s'enfuir devant les massacres. Il étaient 200.000 à devoir le faire.
   Sur internet, vous pouvez voir des images d'un rassemblement à Mossoul, la deuxième ville du pays, détruite par les bombardements. Le pape François y a rassemblé, pour un temps de prière, des chrétiens - ils ne sont plus qu'1 % de la population - des musulmans, des juifs et des Yazidis. Ces derniers forment un petit peuple qui a été méprisé par les Talibans, en 2014 et pendant des années. Ils sont, comme Daech, des intégristes musulmans. Les Talibans ont fait prisonniers des milliers de femmes pour en faire des esclaves sexuelles. La pire des misères !
   A Mossoul, le pape était là aussi pour dire aux maîtres du monde, qu'au 21ème siècle, il n'est plus possible de voir des personnes encore ainsi traitées. Peu en ont parlé, Aviez vous connaissance d'un tel crime ? 
   Un geste de prophète qui a donné à cette population une belle reconnaissance, car elles sont oubliées par les pays développés, depuis trop d'années. Mais un geste qui ne fit pas plaisir à tous, car les Talibans ont menacé de l'assassiner, par quel que moyen que ce soit. Même à Rome, certains vieux cardinaux, trouvèrent que cela ne se faisait pas d'aller ainsi parler à de pareilles personnes, d'autant "qu'ils nous ont fait la guerre, depuis des siècles". Ce n'est pas la première fois qu'ils n'apprécient pas ce que François apporte de neuf pour changer l'image de l'Eglise. Dans les premiers temps de son pontificat, il avait déjà annoncé qu'il ne resterait pas enfermé entre les murs du Vatican. Autant que possible, il irait porter un message de paix partout dans le monde. Il l'a fait et nous devons lui être grandement reconnaissant de l'avoir risqué, malgré tout ce qui pouvait lui advenir.  
   La fois prochaine, je vous parlerai de Pâques, bien sûr ! Jusqu'à la semaine prochaine. Je serai au rendez-vous !          

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don