Accueil
La Sologne, en cage ?
Partager

La Sologne, en cage ?

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry,  -  Modifié le 29 janvier 2020
Au cœur du territoire Solognot, les barrières font parties intégrante du paysage. Un phénomène qui perdure depuis plus de 20 ans.
RCF - Guillaume Martin-Deguéret RCF - Guillaume Martin-Deguéret

Environ 4 000 km de clôture parcourent la région à cheval sur les départements du Cher, du Loiret et du Loir-et-Cher. Un engrillagement mis en place par des propriétaires privés pour empêcher la circulation des animaux et faciliter la chasse.

Résultat :  des clôtures qui culminent pour certaines à deux mètres de hauteur, renforcées au sol et qui se prolongent parfois sous terre,  ne laissant aucune chance au petit comme au gros gibier. "C'est incompréhensible de cloîtrer des animaux  pour faire des tableaux de chasse de 250, 300 sangliers en une journée, pour après faire un trou ... en grandes parties ils sont enterrés sur place", s'indigne Raymond Louis, président de l'association Les Amis des Chemins de Sologne.

Un phénomène plus proche de l'abbatage que de la chasse traditionnelle : "moi je suis chasseur, quand on prélève un ou deux sangliers, on est content ... on fait un petit repas et tout va bien. Ces gens là ne connaissent rien à l'éthique de la chasse ! "

Légiférer pour faire tomber les barrières

La semaine dernière les députés François Cormier-Bouligeon (Cher), Nadya Essayan (Cher) et Richard Ramos (Loiret) avaient donné rendez-vous à la presse, à quelques kilomètres d'Aubigny-sur-Nère, pour faire un point sur le dossier avec en fond de scène, évidemment, les clôtures.

Face à un phénomène en augmentation, les élus veulent légiférer : "aujourd'hui, on peut chasser tout au long de l'année, dans des propriétés hermétiquement encloses", constate François Cormier-Bouligeon, "maintenant, je souhaite que les périodes de chasse s'appliquent dans ces propriétés".

Mais le député de la première circonscription du Cher souhaite aller plus loin : "je veux que dans les propriétés hermétiquement encloses, la chasse soit interdite. En interdisant la chasse, ça contraindra les propriétaires à faire tomber ces grandes clôtures". Dans ce combat, la France pourrait s'insiprer de la Belgique, qui a pris plusieurs mesures pour endiguer l'engrillagement.

Selon nos confrères de Capital, les familles Bich, Seydoux, Tranchant et Dassault dispose d'une propriété en Sologne.

Derrière les clôtures, l'ombre des lobbies ?

Derrière ces barrières on trouve de grands propriétaires fortunés, dont certains sont des patrons d'entreprises du CAC 40. De là à voir l'ombre des lobbies planer dans les coulisses du Palais Bourbon ? Richard Ramos, député du Loiret ne se voile pas la face : "je sais très bien que les gens qui ont du pognon, viendront faire les lobbyistes à l'Assemblée nationale" ; offensif, il ajoute : "quand tous les élus du territoire sont avec nous, est-ce que la politique prend le dessus sur le pognon ? Le combat qui est le nôtre, c'est aussi celui-là". 

Assurèment, le chemin pour libérer la Sologne de ses entraves est encore long. 

Reportage

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don