Accueil
La restauration des charpentes de Notre-Dame est terminée
Partager

La restauration des charpentes de Notre-Dame est terminée

Un article rédigé par Etienne Pépin - RCF, le 15 janvier 2024  -  Modifié le 15 janvier 2024
L'actu chrétienne La restauration des charpentes de Notre-Dame est terminée

Vendredi a eu lieu une étape très symbolique du chantier de restauration de Notre-Dame de Paris, la pose du bouquet final sur la charpente du chœur de la cathédrale. Un geste qui marque traditionnellement la fin d’un chantier pour les charpentiers. RCF était sur place.
 

La charpente du choeur de Notre-Dame de Paris ©Etienne Pépin La charpente du choeur de Notre-Dame de Paris ©Etienne Pépin

La forêt de Notre-Dame qui a brulé le 15 avril 2019, les charpentes des voûtes de la nef et du chœur sont ressuscités. La fin de ce chantier symbolisée par la cérémonie du bouquet a été un moment extrêmement émouvant pour les artisans et tous ceux qui participent à la restauration de la cathédrale de Paris. 

"Maintenant, Notre-Dame peut tenir 1000 ans !"

La restauration de la charpente a été assurée par les ateliers Perraut à Saint-Laurent-de-la-Plaine en Anjou. Jean-Louis Bidet, le directeur technique du projet Notre Dame de l'entreprise raconte la tradition de la pose du bouquet : "On prend la plus belle branche d’un arbre utilisé pour la charpente. A la fin du chantier, on pose cette branche sur le toit pour symboliser que le bois a été bien utilisé, que l’ouvrage est réalisé, que la maison est protégée." Pour Notre-Dame, cette tradition est particulièrement émouvante explique l’artisan : "On a respecté une tradition ancestrale. Notre-Dame le mérite parce que c’est un travail collectif depuis le début, depuis le choix des arbres en forêt jusqu’à la pose du bouquet tout est lié ici, c’est extraordinaire."

On a fait comme à l’époque avec les mêmes techniques, les mêmes outils, les mêmes gestes et ça donne beaucoup de sens à l’ouvrage qu’on vient de terminer.

Il a fallu plus de 2500 chênes massifs de plus de 200 ans, sélectionnés individuellement selon des critères très stricts pour reconstituer cette forêt façonnée à la main selon le plan médiéval. Un travail qui fait la fierté de Mattéo un des charpentiers des ateliers Perrault : "On a fait comme à l’époque avec les mêmes techniques, les mêmes outils, les mêmes gestes et ça donne beaucoup de sens à l’ouvrage qu’on vient de terminer." En taillant les arbres à la main, dans les règles de l’art, les charpentiers expliquent avoir respecté la forme naturelle des arbres, ce qui assure la solidité de l’édifice. Ils l’assurent fièrement : "Maintenant, Notre-Dame peut tenir 1000 ans !"

"Notre-Dame, c'est un endroit pour célébrer l’amour."

Vendredi, les 180 salariés des ateliers Perraut qui ont relevé la charpente de Notre-Dame avaient fait le déplacement pour assister à la pose du bouquet finale. Tous ceux qui contribuent à la résurrection de la cathédrale étaient là pour l’évènement comme Philippe Villeneuve, l’architecte en chef des monuments historiques chargé de la restauration de Notre-Dame de Paris. Il est ébloui par le travail des artisans : "Ce qu’ils ont fait c’est magnifique. Ce n’est pas un robot, ce sont des hommes. Des hommes totalement dévoués pour cette cathédrale classée au patrimoine mondiale de l’humanité. Avec eux, on a à cœur de la retrouver comme elle était avant."

Ici, il y a de l’émotion, du partage, du respect. On travaille tous pour redonner vie à Notre Dame qui est d’abord un lieu de culte.

Les charpentiers vont donc quitter le chantier de Notre-Dame transformés par leur travail, dépassés par ce qu’ils ont réalisé pour l’histoire, pour quelque chose de plus grand qu’eux, en communion avec tous ceux qui pleuraient le 15 avril 2019. Emus, les artisans témoignent : "C’est un endroit puissant, c’est un endroit pour célébrer l’amour. Tellement de gens sont venus pleurer et prier ici pendant l’incendie. Ce bouquet il sera remplacé par une croix. Alors, qu’on soit croyant ou pas, ici il y a quelque chose. Ici, il y a de l’émotion, du partage, du respect. On travaille tous pour redonner vie à Notre-Dame qui est d’abord un lieu de culte."

Où en est-on du chantier de restauration de Notre Dame avant la réouverture au public et au culte le 8 décembre 2024 ? 

Désormais, les couvreurs commencent leur travail à la suite des charpentiers. A l’intérieur de Notre-Dame, les sculpteurs sont toujours à l’œuvre pour restaurer ou remplacer les décors en pierre et les statues. Le chantier avance bien. On devrait apercevoir la silhouette de la cathédrale pour les Jeux Olympiques explique Philippe Jost, le Président de l’établissement public chargé de la restauration de Notre Dame : "On espère que la flèche sera bien visible dans le ciel de Paris ainsi que la toiture de la nef et du chœur libérée de ses échafaudages et aussi les façades des transepts Nord et Sud. Les visiteurs de cet été pourront percevoir qu’on est vraiment proche de la réouverture et que la cathédrale a retrouvé le visage qu’on lui connait, sa silhouette que tout le monde aime."
42 000 m² de murs et de voûtes noircis par les flammes ont été nettoyés, laissant apparaître la pierre, éclatante d’une nouvelle lumière depuis la restauration des vitraux. Après l’incendie, le feu d’artifice. 
 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don