Accueil
La métallurgie peine à recruter dans le Maine-et-Loire
Partager

La métallurgie peine à recruter dans le Maine-et-Loire

Un article rédigé par Bastien Lallier - RCF Anjou,  -  Modifié le 5 janvier 2018
1200 postes sont à pourvoir dans le secteur de la métallurgie en Anjou. Le salon Métal Job organisé ce vendredi à Angers tente de redorer l'image de ces métiers méconnus.

Artus, Mecatech, Coyard, toutes ces entreprises industrielles implantées dans le Maine-et-Loire ont un point commun : elles manquent de main-d'œuvre qualifiée dans le secteur de la métallurgie. Rien que dans l'agglomération angevine, plus de 80 entreprises cherchent à embaucher en ce moment dans cette filière. Certaines comptent sur le Métal Job, un salon spécialisé, qui a lieu ce vendredi matin à Angers. 
 

Une forte demande en Maine-et-Loire

Le secteur de la métallurgie représente 300 entreprises et 18 000 emplois en Anjou, selon l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM). Or les lieux de formations manquent cruellement d’élèves. Les entreprises de la métallurgie font des pieds et des mains pour recruter: petites annonces sur internet, sollicitation de Pôle Emploi, d’agences d’intérim, de chercheurs de tête… Même mis bout à bout, tout cela ne suffit pas à combler une offre en pleine croissance. "On a besoin de 1200 techniciens dans le département aujourd'hui ", explique Fabrice Jacrot, président de l'UIMM de Maine-et-Loire.
 

Des professions méconnues

Des chaudronniers, tuyauteurs ou des tourneurs-fraiseurs sont avant tout recherchés. Ces métiers sont souvent méconnus, témoigne Elodie Chrétien,  co-organisatrice du forum Métal Job avec Pôle Emploi: " demandez à un jeune ce qu'est un tourneur-fraiseur. Il vous parlera du fruit, de la fraise. Cela ne lui fera pas penser à un métier technique et industriel " déplore-t-elle.  La méconnaissance de ces professions engendre dans l’esprit des candidats, une image faussée de ce que pourraient être leurs conditions de travail. "L'industrie, on imagine que c'est un travail sale, dans la graisse, un travail peu valorisant. Pourtant aujourd'hui si vous visitez une usine, vous verrez que les ateliers sont extrêmement propres. Les métiers sont techniques, très pointilleux et nécessitent une vraie qualification", explique l'agent de Pôle Emploi.
 

Une rémunération intéressante

Qui dit qualifications, dit rémunération à la hauteur. "La métallurgie a des salaires en moyenne 13% plus élevés que les autres secteurs d'activités, précise Fabrice Jacrot, président de l'UIMM. Un qualifié bac pro ou BTS, sans expérience, peut gagner 1800 euros brut par mois." Le salaire peut grimper jusqu’à 3 500€ brut en fin de carrière. 

Le forum Metal Job d'Angers est destiné à faciliter le recrutement dans le secteur. Il permettra à une douzaine de candidats sélectionnés de bénéficier de 400 heures de formation puis d’être embauchés en CDI ou CDD de 6 mois. Une grande campagne de communication sera lancée en mars par Pole Emploi pour la semaine de l'Industrie. Une autre édition de Métal Job est déjà prévue pour septembre prochain.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don