Accueil
La fraternité au coeur du pèlerinage national de Lourdes
Partager

La fraternité au coeur du pèlerinage national de Lourdes

Un article rédigé par Madeleine Vatel - RCF,  -  Modifié le 12 août 2021
L'actu chrétienne La fraternité au pèlerinage national de Lourdes

Le 148ème pèlerinage national de Lourdes s’ouvre officiellement ce jeudi. Près de la grotte, de nombreux pèlerins de toutes conditions se sont retrouvés, sous le signe de la fraternité.

Pèlerinage national de Lourdes - Jean-Matthieu GAUTIERCIRIC Pèlerinage national de Lourdes - Jean-Matthieu GAUTIERCIRIC

A Lourdes, chacun peut trouver sa place

 

"Tous appelés à la fraternité". C’est ce à quoi sont appelés les 3.000 pèlerins inscrits pour la 148ème édition du pèlerinage national de Lourdes. "Lourdes c’est un lieu où chacun peut trouver sa place, que l’on soit malade ou bien portant, que l’on soit riche ou pauvre, qu’on soit quelqu’un de connu ou un petit anonyme. Chacun est en égalité devant le Seigneur et la Vierge Marie" explique Mgr Antoine Hérouard, délégué apostolique pour le sanctuaire de Lourdes.

 

Pour ce dernier, la fraternité s’exprime particulièrement au sanctuaire de Lourdes. "Elle est visible par l’attention que les gens peuvent avoir les uns pour les autres. En particulier dans le service. C’est là, dans l’accompagnement et le service des malades, que se traduit et se met en œuvre la fraternité. Et quand des jeunes viennent avec un pèlerinage pour accompagner des personnes malades, ils font l’expérience de la fraternité. C’est une source de grande joie. La fraternité est vécue là car il y a une vraie simplicité dans les rapports et la manière d’être" ajoute-t-il.

 

Ce thème de la fraternité fait écho bien entendu à l’encyclique du pape François "Fratelli Tutti". "Quand le pape nous dit dans son encyclique que nous sommes tous frères, c’est bien de cela dont il s’agit. Cette fraternité est là parce que nous sommes tous enfants d’un même père" lance Mgr Hérouard.

"Les normes sanitaires ne sont pas le tout de la vie humaine"

 

Cette année, 300 personnes malades, handicapées ou âgées, 150 personnes en précarité, 120 chrétiens d’Orient, vont vivre avec les hospitaliers bénévoles ces cinq jours de prières, de rencontres et de conférences. Dans un contexte où le Covid a pour cortège la peur, Mgr Hérourd insiste pour qu’elle ne prenne pas le dessus sur la fraternité.

 

"L’une des difficultés de cette période de reprise a été un certain nombre de craintes qui se sont exprimées, pas toujours à bon escient, sur la venue des malades. Je crois qu’à partir du moment où les gens sont vaccinés, et qu’ils ont ce désir fort de venir à Lourdes, il faut pouvoir honorer cette demande et respecter leur liberté profonde" estime-t-il.

 

"Les normes sanitaires ne sont pas le tout de la vie humaine. A partir du moment où un certain nombre de choses ont été rendues possibles, le sanctuaire a respecté les normes et les demandes qui étaient établies par les pouvoirs publics. Il ne faut pas qu’un surcroît de précaution empêchent ceux qui veulent venir de venir" conclut-il.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don