Accueil
La France complice de violation des droits humains en Libye ? Huit ONG portent plainte
Partager

La France complice de violation des droits humains en Libye ? Huit ONG portent plainte

RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
3 questions à La France complice de violation des droits humains en Libye ? Huit ONG portent plainte
Amnesty international et sept ONG ont saisi le 25 avril le tribunal administratif de Paris. Ils demandent la suspension de la livraison de navires par la France aux garde-côtes libyens.
podcast image par défaut

Ces associations dénoncent l'illégalité de l'opération, Lola Schulmann responsable du plaidoyer pour les migrants à Amnesty International est avec nous pour en parler.
 

Qu'est ce qui pose fondamentalement problème pour vous ? 

"On a décidé de saisir la justice car pour la première fois la France affiche publiquement une collaboration qui est directe, concrète aux garde-côtes libyens. Et donc pour nous en achetant ces bateaux, la France participe au cycle de violation des droits humains qui sont commis en Libye contre les réfugiés et les migrants, et lui donne même des moyens logistiques pour intensifier en fait ce que font les garde-côtes libyens, c'est à dire intercepter les migrants en mer et les ramener systématiquement en Libye où ils sont détenus de façon arbitraire dans des conditions atroces." 
 

Mais en soit, est-ce que c'est condamnable d'acheter ou de vendre des bateaux pour des garde-côtes libyens qui ne sont pas équipés ?

"Alors ça se pose sur deux aspects, à la fois sur la violation du droit international puisque comme on le sait la Libye et les garde-côtes libyens comettent de nombreuses violations des droits et donc en livrant ces bateaux la France contribue indirectement à des violations graves des droits humains, il faut savoir notamment qu'en Libye il n'y a pas de droit d'asile, la Libye n'a pas signé la convention de Genève, mais aussi pour nous ce qui est important c'est aussi la question du transfert de matériel militaire, or il y a un embargo sur la Libye qui est mis en place, donc par ce transfert de matériel militaire, la France viole les embargos européens et onusiens à l'encontre de la Libye, puisqu'on considère que ces six bateaux constituent du matériel militaire qui est régi par ce traité. C'est pour ça, pour tous ces motifs que l'on demande au tribunal de reconnaître l'illégalité de cette décision de transfert et de demander la suspension de la livraison."
 

A vous entendre cette opération constitue une faute morale de la France ?

"Tout à fait puisque selon le droit international un Etat qui aide ou qui assiste un autre Etat dans la commission d'un fait que l'on appelle internationalement illicite, est également responsable. Donc ça veut dire que la France, en livrant les bateaux est indirectement responsable des violations qui se déroulent en Libye, et des violations qu'on documente depuis des années des garde côtes libyens qui violent énormément de droits lors des interceptions maritimes, et donc pour nous c'est important de faire ce lien là et de dire que la France ne livrant des bateaux participe, en tout cas est responsable de ces violations des droits."
 

Sur le plan éthique on est un peu dans une situation similaire aux ventes d'armes aux bélligérants engagés dans le conflit au Yémen ? 

"Tout à fait, en tout cas ce qui est tout à faiit éclairant pour nous, c'est la question de la transparence, et l'absence totale de transparence de la France lorsqu'elle livre, puisque c'est une cession gratuite aux garde-côtes libyens, et pour nous c'est très important de soulever la question du manque de transparence du minstère des Armées, qui fait qu'on a aucun moyen de s'assurer que la France respecte ses engagements internationaux. "

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don