Accueil
La Finlande à l’honneur au Festival International du Film de Nancy
Partager

La Finlande à l’honneur au Festival International du Film de Nancy

Un article rédigé par Magali Santulli - RCF Lorraine Nancy, le 25 août 2022  -  Modifié le 25 août 2022

C’est un rendez-vous incontournable pour les amoureux du cinéma. Le Festival International du Film de Nancy revient sur le site de Manufacture du 26 août au 4 septembre pour sa 28e édition. Le pays mis à l’honneur cette année est la Finlande. En parallèle des projections de courts et longs-métrages, de nombreuses animations et rencontres sont proposées au public. Blandine Glamcevski est la directrice de l’événement.

Le festival présente des réalisations internationales, mais aussi régionales. Le festival présente des réalisations internationales, mais aussi régionales.

 

Présentez-nous l’état d’esprit de ce festival.

Le Festival International du Film de Nancy présente des courts-métrages, des documentaires, des fictions, des films expérimentaux et des animations. Nous voulons amener à la découverte du cinéma international avec des projections en version originale sous-titrée. Nous tenons notamment beaucoup aux valeurs des droits humains, et c’est un fil rouge qui transparaît régulièrement dans notre sélection. Le festival est accessible au grand public. Nous avons même quelques films pour les enfants. Par exemple, Eaux de Pastaza est un documentaire accessible à partir de 8 ans. Le film A Second Life est accessible à partir de 12 ans. Et il y a toute une programmation jeune public. 

 

C’est un festival international, mais les réalisations locales sont-elles aussi mises à l’honneur ?  

Oui, aussi bien dans les documentaires que dans les courts-métrages. Nous avons d’ailleurs deux programmations Grande Région qui sont des productions du Grand Est, mais aussi du Luxembourg et de la Belgique. Exceptionnellement cette année, nous avons deux sélections de courts-métrages de la Grande Région, contre une habituellement. 

 

En 2021, le pays mis à l’honneur était le Japon. Quel a été le pays choisi cette année ?

Cette année, nous faisons un focus sur le cinéma finlandais. Nous avons travaillé avec le soutien de l’ambassade de Finlande et du fonds du cinéma finlandais. Tous les jours, nous proposons un film finlandais dans la programmation. C’est un cinéma intéressant et moderne. Les œuvres que nous présentons ne sont pas très connues et permettent de montrer l’évolution du cinéma finlandais. C’est un cinéma différent du nôtre dans sa manière d’aborder les thématiques. Il y a dans nos sociétés des problématiques qui nous touchent tous, et nous avons chacun notre manière de les transposer à l’écran. Les acteurs sont aussi différents de ce que l’on connaît en France. 

 

Combien de films avez-vous reçu et comment se déroule le processus de sélection ? 

Nous avons retenu 113 courts-métrages sur les 2 400 que nous avons reçus. Et nous avons fait une sélection d’une trentaine de longs-métrages parmi les près de 300 que nous avons regardé. Pour le visionnage, nous sommes aidés par des bénévoles. Nous jugeons en fonction de notre ressenti, mais nous avons aussi des critères qualitatifs, comme la manière dont le film est tourné et joué.  

 

Quels films nous conseillez-vous d’aller voir ? 

Nous présentons deux excellents films sur la thématique de la prise en charge d’enfants en difficulté placés dans des foyers. Il y a aussi le film coréen The Girl on a Bulldozer avec une actrice qui joue dans une série très populaire auprès des jeunes. J’ai eu des coups de cœur pour A Second Life et Kokon. Je vous conseille également le film Le Coeur Noir des Forêts ou le magnifique film iranien World, Northern Hemisphere. Et bien sûr, à ne pas louper, les films finlandais Tove et Metsurin Tarina. 

 

Où sont projetés les films ? 

L’essentiel des projections a lieu sur le site de la Manufacture. Mais il y a aussi des projections au Goethe-Institut et au centre culturel André Malraux à Vandoeuvre-lès-Nancy. Cette année, il n’y aura pas de projections en plein air dans la cour de la Manufacture à cause de travaux à l'extérieur. Les projections sont au tarif de 4€ - avec des tarifs réduits possibles - et certaines séances sont gratuites. 

 

Outre les projections, il y a aussi de nombreuses animations en parallèle.

Nous proposons des ateliers stop motion pour découvrir l’art du cinéma. Nous organisons une masterclass sur le cinéma hongrois et une table ronde autour des métiers du cinéma. Il y a aussi une exposition à l’IECA proposée par un peintre roumain. Nous avons un partenariat avec la Métropole du Grand Nancy à travers la diffusion d’un documentaire sur la thématique de la transition écologique, suivie d’un débat. Plusieurs réalisateurs sont présents tout au long du festival pour des rencontres avec le public. Vous retrouvez à nouveau l’espace de convivialité tous les soirs dans la cour de la Manufacture pour vous restaurer, avec des concerts gratuits tous les jours à 19h30. Les vendredis et samedis, venez profiter de soirées DJ après les projections.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don