Accueil
"La droite républicaine a besoin de courage et de fidélité"
Partager

"La droite républicaine a besoin de courage et de fidélité"

Un article rédigé par Paul-Joseph Bouladoux - RCF Sarthe, le 15 mars 2024  -  Modifié le 18 mars 2024
L'invité de la rédaction Aurélien Pradié, député LR : "Si on veut reconstruire, il faut de la fidélité"

Figure montante du parti LR, Aurélien Pradié en avait été exclu de la vice-présidence en février 2023 suite à son opposition à la réforme des retraites. Il était de passage au Mans pour présenter son livre "Tenir bon" et rencontrer des militants.

François Le Forestier, secrétaire de la fédération LR 72 qui a reçu Aurélien Pradié (à droite) au Mans le 13 mars 2024 | RCF SARTHE François Le Forestier, secrétaire de la fédération LR 72 qui a reçu Aurélien Pradié (à droite) au Mans le 13 mars 2024 | RCF SARTHE

Dans la permanence sarthoise, sous le regard protecteur des photos de Charles Pasqua et de Jacques Chirac, le député du Lot ne regrette pas sa position quant à la réforme des retraites que Les Républicains soutenaient : "J'étais favorable à une réforme mais celle-ci était injuste. Je me suis battu sur le sujet des carrières longues. Dans les moments où tout est fragile, il ne faut pas lâcher ses positions et c'est ce que j'ai fait." Cette opposition lui a valu d'être exclu de la vice-présidence du parti par Éric Ciotti en février 2023.

"Je n'ai jamais été autant soutenu par les adhérents et les Français que depuis cette séquence" poursuit le député sudiste, fier d'avoir alors "arraché sa liberté". Dans un parti qui a toujours été traversé par différentes tendances, Aurélien Pradié serait-il en train de créer un courant ? S'il ne répond pas positivement, il reconnait sa volonté de reconstruire une droite populaire et inscrit ses pas dans ceux de Philippe Séguin, autre figure tutélaire dont la photo couve du regard les quelques militants de passage rue Auvray au Mans.

S'il est prématuré à ses yeux de parler de tendance et s'il se méfie "de ceux qui étalent leurs ambitions aux yeux des autres", le parlementaire du Lot avance pourtant des propositions : "Il faut remettre le peuple au centre du débat politique en rallongeant la durée de ceux qui les représentent - les députés - et instaurer une vraie culture du référendum". 

Et pour promouvoir ces idées "inspirées du gaullisme, il faut de la fidélité et de la constance. Je ne suis pas élu pour être le marchepied du camp présidentiel." Dans un département administré sans discontinuité par la droite depuis 1979, l'ancien numéro 2 de LR ne montre aucune complaisance envers les figures locales qui se sont éloignées de son parti. À ses yeux, Christelle Morançais, qui a rallié récemment Horizons et Édouard Philippe, fait partie de "ceux qui vont à la soupe et ils ne m'inspirent pas beaucoup de respect" avant de revenir sur cette notion de fidélité qui l'a poussé à rester au sein de LR alors qu'il "avait des raisons de partir".

"Une nouvelle génération va émerger" conclut, confiant, le parlementaire méridional. Et c'est en compagnie d'une poignée de militants, dont des jeunes LR, qu'il s'est rendu à la librairie Thuard pour présenter son ouvrage "Tenir bon" avant de faire un salut amical à la soirée des ambassadeurs du Printemps des Rillettes. La Sarthe, son circuit automobile, ses figures de droite et ses rillettes...

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don