Accueil
[JMJ 2019] Au Panama, une journée sous le signe de la réconciliation
Partager

[JMJ 2019] Au Panama, une journée sous le signe de la réconciliation

Un article rédigé par Anne Kerléo - RCF,  -  Modifié le 25 janvier 2019
Ce vendredi aux JMJ, l'axe majeur de la journée est celui de la réconciliation, avec une liturgie pénitentielle célébrée par le pape dans une prison pour mineurs et le Chemin de Croix.
Marie-Charlotte Laudier, RCF Marie-Charlotte Laudier, RCF

Retour sur la journée de jeudi 24 janvier

Le pape François a consacré la matinée d'hier à des rencontres, d'abord avec les autorités du pays et la société civile, puis avec les évêques d'Amérique centrale. Lors de son discours au Palais Bolivar (siège du Ministère des Affaires Etrangères), le pape a lancé un appel contre le contre "toute forme de corruption", invitant les responsables politiques à "vivre une vie de rigueur et de transparence, authentiquement humaine, qui mette la personne au centre". Un discours marqué aussi, tout comme le suivant devant les évêques d'Amérique centrale,  par la mise en avant des peuples autochtones, François allant jusqu’à citer les noms de chacun des peuples indigènes du Panama et évoquant la nécessité que "tous les habitants de cette terre aient la possibilité de se sentir acteurs de leur destin, de leurs familles et de toute la nation".

Le pape a placé sa seconde prise de parole, adressée aux évêques d'Amérique centrale, sous le patronnage de Mgr Romero, archevêque de San Salvador, assassiné en 1980 et qu'il a canonosé lors du synode des jeunes en octobre dernier. S'appuyant tout au long de son discours sur la vie et les paroles de cette "figure prophétique" de l’Eglise d’Amérique centrale le pape s’est adressé aux évêques et leur a indiqué la manière dont il les appelait à vivre et à conduire leurs Eglises. Expliquant que Mgr Romero était porté par son amour de l’Eglise, François a évoqué : "cet amour qui naît de l’accueil d’un don totalement gratuit, qui ne nous appartient pas et qui nous libère de toute prétention et de toute tentation de nous en croire propriétaires et uniques interprètes". Et d'jouter : "nous n’avons pas inventé l’Église, elle n’est pas née avec nous et elle continuera sans nous". Une affirmation qui semble venir comme un écho à toutes les récentes mises en garde e François contre le cléricalisme. Le pape a invité les évêques à se faire proches de leur peuple, en particulier de ceux qui souffrent, comme Oscar Romero l’avait fait.

Et parmi ceux qui souffrent, il a évoqué les migrants, affirmant que l’Eglise devait aider les fidèles à "dépasser les peurs et les méfiances". Et, sortant de son texte, il a renvoyé son auditoire au livre de Mgr Benoist de Sinety, vicaire général du diocèse de Paris, chroniqueur sur RCF, un ouvrage consacré à la question des migrants et qui a pour titre "Il faut que des voix s'élèvent". 

 

Vendredi 25 janvier, une journée pour se plonger dans le mystère de la Passion du Christ et de la Réconciliation

Ce vendredi est une journée placée sous le signe de la réconciliation, avec une liturgie pénitentielle célébrée par le pape au centre de détention pour mineurs Las Garzas de Pacora. Pour les jeunes, ce vendredi est tout indiqué pour se rendre au "parc du pardon" pour vivre le sacrement de la Réconciliation. Sur ce site, ont été installés 200 confessionnaux fabriqués par des détenus panaméens. A découvrir dans ce reportage de MAxime Dalle. 

Cette journée pénitentielle s’achèvera par le Chemin de croix à partir de 17h30, heure de Panama, 23h30 en France. Le chemin de croix est l’une des grandes célébrations à chaque édition des JMJ le vendredi. Vivre un chemin de croix, c’est faire mémoire des dernières heures de la vie de Jésus, le suivre pas à pas pour entrer dans les sentiments qui l’ont traversé, au moment de ce combat. Un combat qu’il a accepté de livrer pour sauver les hommes du péché et leur montrer qu’en vivant l’amour jusqu’au bout, on peut affronter la mort la traverser.

Traditionnellement le Chemin de croix compte 14 stations, et on en ajoute parfois une 15ème, celle du tombeau vide, qui relie ainsi pour finir toutes les stations à la Résurrection. A chaque station, une méditation, un chant et une prière sont proposées. Lors des JMJ, la mise en scène du Chemin de croix peut être plus élaborée , avec une mise en scène souvent soignée et parfois innovante. On sera particulièrement attentifs ce soir à l’homélie du pape au cours de ce chemin de croix. 
 

 

 
 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don