Accueil
Jean-Jack Queyranne, plus de 40 ans au service de la République
Partager

Jean-Jack Queyranne, plus de 40 ans au service de la République

Un article rédigé par Jean-Baptiste Cocagne - RCF Lyon, le 12 septembre 2023  -  Modifié le 12 septembre 2023
Version Originale · RCF Lyon Jean-Jack Queyranne, plus de 40 ans au service de la République

Ministre, député, maire, pendant 44 ans sans interruption, Jean-Jack Queyranne a cumulé presque tous les mandats possibles au sein de la République française. L'élu socialiste a accompagné les évolutions de la société en étant aux responsabilités. Il se raconte au micro de Version originale.

Jean-Jack Queyranne - © RCF Lyon - juillet 2023 Jean-Jack Queyranne - © RCF Lyon - juillet 2023

Si Jean-Jack Queyranne reste dans la mémoire collective lyonnaise comme le président de la région Rhône-Alpes, un poste occupé pendant plus de dix ans (mars 2004- décembre 2015), il s'agit en réalité de la fin de sa carrière politique. Tour à tour député, maire de Bron, ministre dans le gouvernement Jospin pendant la cohabitation, Jean-Jack Queyranne n'a jamais cessé d'être élu entre 1977 et 2021.

 

Son parcours politique débute dans sa ville natale, à Villeurbanne, quand il devient premier adjoint de l'un de ses mentors, Charles Hernu. Né le 2 novembre 1945, Jean-Jack Queyranne grandit dans le quartier du Tonkin et se définit comme « un enfant de l'Asvel et du TNP », où les spectacles du théâtre de la Cité dirigé alors par Roger Planchon participeront à son éveil à la culture.

 

La culture sera d'ailleurs le domaine par lequel il se fera repérer par Lionel Jospin, alors premier secrétaire du Parti Socialiste, qui le nomme secrétaire national à la Culture du parti à la rose en 1983. « Lionel Jospin représentait pour moi l’idéal politique avec une éthique, une intelligence d’analyse » admire Jean-Jack Queyranne. Deux ans auparavant, le Villeurbannais profitait de l'élection de François Mitterrand à l'Elysée pour entrer à l'Assemblée nationale, où il siégera pendant 22 ans au total.

 

Ministre sous la cohabitation

Devenu maire de Bron en 1989, Jean-Jack Queyranne est appelé par Lionel Jospin pour intégrer le gouvernement de cohabitation sous Jacques Chirac (1997-2002). Il sera successivement secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, ministre de l’Intérieur pendant quatre mois - le temps de la convalescence de Jean-Pierre Chevènement - puis ministre des Relations avec le Parlement. Jean-Jack Queyranne sera l'un des signataires des accords de Nouméa sur le statut de la Nouvelle-Calédonie, « la rencontre de deux civilisations sur l'amour d'un même territoire. La France est forte lorsqu'elle est capable de réunir des communautés qui étaient antagonistes » se souvient l'ancien ministre. Ces accords seront l'un des moments les plus forts de sa carrière politique.

 

Après l'échec du 21 avril 2002 et l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle - « un choc, une gifle qu'on n'avait pas vu venir » - Jean-Jack Queyranne revient en terre lyonnaise et devient en mars 2004 le premier président de gauche de la Région Rhône-Alpes. Il succède à la centriste Anne-Marie Comparini, arrivée aux commandes dans la foulée du traumatisme qu'avait représenté l'élection de Charles Millon (UDF) en 1998 grâce au vote du Front national. Après plus de dix ans à la présidence régionale, Jean-Jack Queyranne sera battu au moment de la fusion avec l'Auvergne en décembre 2015 par l'équipe de Laurent Wauquiez, l'actuel président Les Républicains.

 

Jean-Jack Queyranne terminera donc sa vie politique avec un mandat exercé dans l'opposition, jusqu'en mars 2021. Pendant plus de quatre décennies comme élu, le socialiste espère avoir contribué « modestement » à améliorer la vie de ses administrés.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Version Originale · RCF Lyon
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Version Originale · RCF Lyon

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don