Accueil
Jean Rottner: “Les élus locaux n’arrivent pas à travailler avec le ministère de la Santé”
Partager

Jean Rottner: “Les élus locaux n’arrivent pas à travailler avec le ministère de la Santé”

Un article rédigé par Simon Marty - RCF,  -  Modifié le 11 janvier 2021
L'Invité de la Matinale Jean Rottner: “Les élus locaux n’arrivent pas à travailler avec le ministère de la Santé”
Le président de la région Grand Est regrette un manque de coordination entre l'État et les collectivités locales dans la campagne de vaccination et la lutte contre le Covid-19.
DR DR

La région Grand Est a été l’une des plus touchées en France par la première vague de l’épidémie de Covid-19, au printemps. Elle reste désormais sous surveillance avec des départements comme le Bas-Rhin et le Haut-Rhin où le couvre-feu est avancé à 18 heures. Jean Rottner, le président de la région Grand Est et médecin urgentiste, déplore un manque de confiance et de dialogue de la part de l’État envers les collectivités locales. 

UNE PREMIÈRE VAGUE DRAMATIQUE

"On a traversé une première crise extrêmement grave, avec beaucoup de morts. Ça a été un événement extrêmement dramatique pour nous", confie Jean Rottner qui constate aujourd’hui une légère amélioration dans les cas de contamination. "On a une stabilisation de ce plateau haut. On ne descend pas encore mais on voit petit à petit les effets", explique-t-il, reconnaissant envers les soignants.

UN DIALOGUE DE SOURD ENTRE COLLECTIVITÉS ET MINISTÈRE DE LA SANTÉ

Alors que la France est en pleine campagne de vaccination, "les élus locaux n’arrivent pas à travailler avec le ministère de la Santé", contrairement à d’autres cabinets ministériels comme celui de l’Économie, selon Jean Rottner. "Quand l’État arrive à travailler avec les collectivités, il se grandit", ajoute-t-il. 

Selon Jean Rottner, les régions et collectivités ont pourtant déjà fait des propositions à l’exécutif. Mais, "ce qu’il manque c’est cette confiance pour que l’État puisse s’appuyer sur nous", déplore l’élu. "On aurait pu compter sur cette connaissance qu’ont les territoires et je regrette que l’État ne le fasse pas", renchérit-il.

S'APPUYER SUR LES RÉGIONS POUR LUTTER CONTRE L'ÉPIDÉMIE

"Ce que nous demandons simplement c’est une forme d’anticipation. Quand il faudra soigner le plus grand nombre, on aura besoin de pharmaciens, de dentistes, de vétérinaires. Les régions apporteront des moyens logistiques comme les transports. Il faut simplifier la vie des gens", affirme Jean Rottner, selon qui près de 87.000 doses de vaccins arriveront au 27 janvier dans la région Grand Est. 

Face à une campagne de vitesse jugée lente vis-à-vis des voisins de la France, le président de la région Grand Est n’exclut pas de commander des doses supplémentaires du vaccin. "Il est logique que toutes les doses qui arrivent sur le territoire soient les doses commandées par l’Union européenne. Mais la vaccination va durer longtemps. Nous ne voulons pas nous mettre en opposition avec la commande nationale mais en ajout, en multipliant nos forces", explique-t-il, alors que l'Union européenne a commandé 300 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer BioNTech.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don