Accueil
"Jean est venu: les publicains et les prostituées ont cru à ..." (Mt 21, 28-32)
Partager

"Jean est venu: les publicains et les prostituées ont cru à ..." (Mt 21, 28-32)

RCF,  -  Modifié le 15 décembre 2020
Prière du matin "Jean est venu: les publicains et les prostituées ont cru à ..." (Mt 21, 28-32)
"Jean est venu : les publicains et les prostituées ont cru à sa parole" Méditation de l'évangile (Mt 21, 28-32) par le père Nicolas de Boccard Chnat final: "Wait for the lord" de la communauté de TAIZé
David-Zawila-UNSPLASH David-Zawila-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens :
« Quel est votre avis ?
Un homme avait deux fils.
Il vint trouver le premier et lui dit :
“Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.”
Celui-ci répondit : “Je ne veux pas.”
Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla.
Puis le père alla trouver le second
et lui parla de la même manière.
Celui-ci répondit : “Oui, Seigneur !”
et il n’y alla pas.
Lequel des deux a fait la volonté du père ? »
Ils lui répondent :
« Le premier. »
Jésus leur dit :
« Amen, je vous le déclare :
les publicains et les prostituées
vous précèdent dans le royaume de Dieu.
Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice,
et vous n’avez pas cru à sa parole ;
mais les publicains et les prostituées y ont cru.
Tandis que vous, après avoir vu cela,
vous ne vous êtes même pas repentis plus tard
pour croire à sa parole. »
 
Source : AELF

Méditation  Père Nicolas de Boccard

A travers cette simple parabole des deux fils :
-        celui qui se reprend de son refus, et change d’attitude vis-à-vis de ce que lui demande son père ;
-        ou celui qui fait semblant d’obéir, mais qui ment en sauvant les apparences.
Jésus nous livre une lecture de l’histoire du Salut.

        C’est en fait toute l’alliance de Dieu avec l’humanité qui peut être synthétisé dans cette parabole : le cheminement du peuple élu, l’invitation à la conversion opérée par le Baptiste mais surtout le salut apporté par le Christ.

        On peut certes le refuser, se braquer, se détourner pour ensuite se reprendre et trouver grâce auprès de Dieu

        Ou alors faire semblant, tricher, mentir, cacher son vrai visage et se mettre dans une attitude flagrante et irréversible d’opposition.

        En comparaison, les publicains et les prostituées, nous dira le Christ,  nous précèdent dans le Royaume.

        L’homme digne de ce nom se juge à ses actes concrets et non pas à ses intentions changeantes. Comme le dit la plaisante sagesse lyonnaise : « il ne suffit pas d’y dire, il faut y faire ! ».

Oui, le christianisme est vraiment la religion de l’Incarnation, celle du Verbe en la chair humaine et à sa suite la nôtre dans le concret de nos vies.

        Seigneur, fais que ma foi se dise dans mes actes.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don