Accueil
Issoire « ville moyenne » qui s'est affranchie du « récit métropolitain »
Partager

Issoire « ville moyenne » qui s'est affranchie du « récit métropolitain »

Un article rédigé par Thomas Loret, RCF Puy-de-Dôme - RCF Puy de Dôme,  -  Modifié le 29 avril 2019
Halte au « tout métropole » ! Dans sa dernière note, l'économiste Olivier Bouba Olga, chercheur à l'Université de Poitiers, met en avant les « villes moyennes » comme Issoire.

A-t-on trop privilégié les métropoles dans l'aménagement de nos territoires ? C'est la thèse soutenue par Olivier Bouba-Olga, chercheur à l'Université de Poitiers. Dans son dernier ouvrage « Pour un nouveau récit territorial », l'économiste de formation dénonce les excès du « récit métropolitain ».

« Ce que je critique c'est le discours qui laisse penser qu'aujourd'hui l'innovation c'est dans les grandes villes. Ce qui factuellement est faux » souligne Olivier Bouba Olga sur les ondes de RCF Puy-de-Dôme.
 

Des villes moyennes sur la scène internationale

L'économiste estime qu'il faut aussi s'intéresser aux « villes moyennes ». Ces communes de 10 à 20 000 habitants qui sont aussi des moteurs de croissance. Certaines comme Issoire, Vitré ou Figeac affichant +10% de création d'emplois ces dernières années.

Issoire par exemple a acquis « une base industrielle importante, des entreprises qui travaillent pour d'autres entreprises un peu partout dans le monde. Notamment dans le secteur de l'aéronautique, avec des entreprises qu'on vient chercher parce qu'elles sont compétentes » précise l'Universitaire de Poitiers.
 

Un sentiment de déclassement des « hors métropole »

Depuis plusieurs décennies, les politiques publiques tendaient à confier l'avenir économique à une « élite métropolitaine ». Ce qui a contribué à nourrir un sentiment de déclassement et la colère des gilets jaunes, selon le thèse soutenue par Olivier Bouba Olga.

« Si j'avais un message à faire passer à la puissance publique, il faut revenir à une politique d'aménagement des territoires » tempère l'économiste poitevin. « Faisons en sorte que les habitants où qu'ils soient puissent se former, accéder à la santé. Et l'innovation viendra ».

Ce n'est pas la taille qui compte

De manière générale, Olivier Bouba Olga s'oppose au critère de taille qui fausse le jugement. En effet toutes les villes moyennes ne se valent pas. « Pour un gros quart nord-est ça ne marche pas. A Lille on peine à recruter par exemple » précise l'économiste.

Pour ce nouveau récit territorial, Olivier Bouba Olga recommande de s'intéresser aux contexte locaux qui ont conduit à la réussite d'un territoire. Il s'agira ensuite d'encourager ces mécanismes sur un territoire donné sans chercher à reproduire ces schémas ailleurs.

Chacun sa route, chacun son chemin donc. Ce qui n'empêche pas de miser sur la complémentarité avec les territoires voisins.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don