Accueil
Irak: les manifestants chiites quittent la "zone verte" de Bagdad
Partager

Irak: les manifestants chiites quittent la "zone verte" de Bagdad

Un article rédigé par Jean-Baptiste Le Roux - RCF,  -  Modifié le 2 mai 2016
Après avoir envahi cette zone ultra-protégée de la capitale irakienne, et occupé le Parlement, les manifestants chiites ont quitté la « green zone », sur fond de crise politique.
podcast image par défaut

Les manifestants irakiens qui avaient envahi samedi la "green zone", le secteur ultra fortifié du centre ville de Bagdad, et occupé le Parlement pendant plusieurs heures, ont finalement quitté les lieux lundi, après avoir présenté leurs revendications. Ils ont promis qu’ils reviendraient dans la semaine, afin de maintenir la pression sur les parlementaires, et le gouvernement.

Partisans pour la plupart de l’influent chef chiite Moktada al-Sadr, ces militants reprochent l’inaction du Parlement, et réclament un nouveau gouvernement capable d’appliquer les réformes anticorruption. Cela fait plusieurs mois que l’Irak subit une véritable crise politique, sur fond de corruption technocratique.

Le Premier ministre, Haïdar al-Abadi, chiite comme la grande majorité des Irakiens, souhaite remplacer certains membres de son gouvernement par des technocrates, dans le cadre d’un vaste plan de lutte contre la corruption. Une manœuvre que n’apprécie visiblement pas le Parlement, divisé, qui l’a rejetée.

Cela fait plusieurs semaines que les partisans d’al-Sadr multiplient les initiatives pour obtenir la nomination d’un nouveau gouvernement, comme prévu par le Premier ministre. Ils étaient donc des milliers à manifester dans la zone verte, où se concentrent plusieurs ambassades, des ministères et le Parlement.

Si aucun de leurs souhaits n’était exaucé, ces derniers envisagent d’user de tous les moyens légitimes pour se faire entendre, y compris la désobéissance civile. Leur dernière intrusion dans la zone verte s’est faite de manière pacifique, mais le gouvernement, qui l’a qualifiée de "violation de la constitution", envisage des poursuites. 

Une crise politique qui vient se superposer à la difficile lutte contre l’Etat Islamique en Irak, qui contrôle toujours d’importants territoires dans le nord et le sud du pays. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don