Accueil
INVITÉ RCF - Gaël Perdriau : “L’avantage d’une mise en examen, c’est de savoir ce qu’on me reproche”
Partager

INVITÉ RCF - Gaël Perdriau : “L’avantage d’une mise en examen, c’est de savoir ce qu’on me reproche”

Un article rédigé par Lucas Lauber - RCF Saint-Étienne, le 8 mars 2023  -  Modifié le 8 mars 2023

Grands projets de la ville et de la métropole, affaire de la vidéo intime, avenir dans la politique, Gaël Perdriau se livre. Au micro de RCF Saint-Étienne, le maire et président de la métropole stéphanoise revient sur les principales actualités passées, présentes, et futures.

Gaël Perdriau dans les studios de RCF Saint-Étienne Ⓒ Michel Tremoulhac / RCF Saint-Étienne Gaël Perdriau dans les studios de RCF Saint-Étienne Ⓒ Michel Tremoulhac / RCF Saint-Étienne

Voilà plus d’un an que Gaël Perdriau n’avait pas parlé devant le micro rouge, dans les studios de RCF. Un an marqué par un séisme politico-médiatique, qui a impacté aussi bien la gouvernance locale que la politique nationale. Plus de six mois après les révélations de Mediapart sur l’affaire présumée du chantage à la vidéo intime, la vie politique locale a bien changé. Du moins, en apparence selon le maire de Saint-Étienne et président de la métropole. “Je ne me cache pas”, explique-t-il. Il l’assure, il est toujours au travail dans le cadre de ses mandats, notamment pour mener à bien les grands projets qui lui tiennent à cœur.

 

MAMC : doter Saint-Étienne d’un “grand musée international”

Un de ses grands projets pour les prochaines années, c’est celui du Musée d’art moderne et contemporain. Le deuxième musée d’art moderne de France après Pompidou fermera ses portes le 11 avril prochain. Une fermeture d’un an pour une rénovation de trois millions d’euros, mais Gaël Perdriau espère aller plus loin. Après avoir présenté le projet à Emmanuel Macron lors de sa venue dans la Loire, ainsi qu’aux maires de Saint-Étienne Métropole, le président de SEM a fait du MAMC son nouveau cheval de bataille.

 

Il veut doter la métropole d’un “grand musée international”, et cela passe par des financements de l’Etat. 32 millions d’Euros de la métropole vont être investis dans les réserves du musée, mais Gaël Perdriau compte sur l’aval de l’Etat pour participer financièrement à de grands travaux qui devraient quadrupler la surface du musée. Un investissement de l’Etat, dans une politique de décentralisation culturelle, qui devrait coûter près de 120 millions d’euros si cela se faisait.

 

Le regret que je peux avoir, c’est d’avoir fait confiance à mon premier adjoint

 

Comment parler de l’actualité sans parler de l’affaire du chantage à la vidéo intime ? De la majorité municipale, à l’opposition, jusqu’à la présidence du parti Les Républicains, cette onde de choc politico-médiatique a provoqué un certain désordre dans les institutions. Gaël Perdriau, lui, un des protagonistes au cœur de cette affaire, dit attendre comme tout le monde, “avec peut-être encore un peu plus d’impatience la suite”.

 

Alors que l’enquête est toujours en cours, les décisions se font attendre. De potentielles gardes à vue ou une hypothétique mise en examen, cela ne fait pas peur à Gaël Perdriau. Au contraire. “L’avantage d’une mise en examen, c’est qu’elle me permettrait enfin d’avoir l’ensemble des éléments du dossier, et de savoir ce qu’on me reproche”.

 

 

Tout ce temps de l’enquête laisse le temps de se poser des questions. “ll n’y a pas de remords ?” Lance Clément Bonsignore, journaliste pour RCF Saint-Étienne.“ Le regret que je peux avoir, c’est d’avoir fait confiance à mon premier adjoint”. Il est relancé au sujet de Gilles Artigues, “vous lui avez parlé depuis ?”. “Non", répond-il d’aplomb.

 

Un sondage sur la popularité de la majorité municipale

Et la suite maintenant ? Alors que Gaël Perdriau a commencé son deuxième mandat à la tête de la ville de Saint-Étienne depuis maintenant trois ans, la question de son avenir politique peut se poser. Au micro d’Activ Radio, il explique qu’un troisième mandat “n’est pas exclu”. Même si la décision de se représenter est selon lui prématurée, en coulisse des choses se passent. Selon une information de RCF, un sondage sur l’image de la ville ou sur un vote éventuel pour la majorité municipale a été commandé. Une enquête réalisée par un grand institut de sondage auprès des Stéphanois, mais demandée par qui ? Impossible d’en être certain pour l’instant, mais une chose est sûre, dans la majorité comme dans l’opposition, les yeux se tournent petit à petit vers l’échéance des prochaines élections municipales en 2026.

 

Absent de la scène médiatique pendant plusieurs mois, mis à part quelques rares apparitions, Gaël Perdriau semble amorcer un retour vers les médias locaux. Serait-ce un changement de stratégie pour le maire de Saint-Étienne ? Les habitants de la ville et de la métropole vont-ils le revoir, comme à l'accoutumé avant l’affaire, sur les ondes, les pages et les chaînes des médias locaux ? Le maire botte en touche après la question de nos journalistes. “J’ai à cœur de présenter ce qui va être voté dans quelques semaines”, explique-t-il au sujet du budget de la ville. Pour la suite, il est suspendu aux décisions de la justice. Mais il l’assure “le cap est tenu et la ligne n’a pas changé”.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don