Accueil
Inscription de l’IVG dans la Constitution : l’évêque de Saint-Brieuc lance un appel à plus de solidarité pour les femmes concernées
Partager

Inscription de l’IVG dans la Constitution : l’évêque de Saint-Brieuc lance un appel à plus de solidarité pour les femmes concernées

RCF Côtes d'Armor, le 2 février 2024  -  Modifié le 2 février 2024

Mardi dernier, les députés ont voté, à une très large majorité (493 pour, 30 contre), en faveur de l’inscription dans la Constitution de « la liberté garantie » pour les femmes d’avoir recours à l’IVG. Evêque de Saint-Brieuc et Tréguier, Monseigneur Denis Moutel réagit.

Mgr Denis Moutel, Evêque de Saint-Brieuc et Tréguier © Dominique Hermeulin Mgr Denis Moutel, Evêque de Saint-Brieuc et Tréguier © Dominique Hermeulin

L’inscription de l’IVG dans la Constitution, la conférence des évêques de France ne la souhaite pas. En novembre dernier, elle avait publié une déclaration en ce sens. Pour quelle raison, est-elle opposée à ce processus ? « Sur ce sujet, nous sommes, sans doute, dépendants de ce qui s’est passé aux Etats-Unis. Il y a eu tout un mouvement à la suite de la possibilité d’interdire l’interruption volontaire de grossesse. Nous n’en sommes pas là », estime Monseigneur Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier.

L’inscription de cette liberté est quelque chose de très fort. Qui, au regard, de tout ce qui est en jeu, comme le soutien de la vie naissante, me semble démesurée. Ceci dit, j’ai du respect pour la représentation nationale. Ce n’est pas à moi de faire la loi.


Monseigneur Denis Moutel poursuit. « Je pense qu’on n’entend pas du tout parler de ces 200 000 naissances interrompues. Et surtout de ces femmes qui souffrent d’une situation difficile dans l’accueil qu’elles voudraient, peut-être, de cet enfant. Pour moi, c’est un appel, à tous, à faire plus, en terme de solidarité, avec les personnes concernées, c’est-à-dire les femmes. »

Présenté, en première lecture, ce mardi, le texte sera transmis aux sénateurs qui devront se prononcer. Si le texte est adopté à la majorité, il fera ensuite l’objet d’une réunion du Congrès (la réunion de l’Assemblée nationale et du Sénat).

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don