Accueil
Inscription de l’IVG dans la Constitution française : réaction de Mgr Ballot

Inscription de l’IVG dans la Constitution française : réaction de Mgr Ballot

Un article rédigé par Nina Chevrier - RCF Jerico Moselle, le 11 mars 2024  -  Modifié le 12 mars 2024
Parole d'évêque IVG dans la Constitution : rester des serviteurs de la vie

Le 4 mars 2024, la France est devenue le premier pays au monde à inscrire explicitement dans sa Constitution l'interruption volontaire de grossesse (IVG). L’évêque de Metz, Mgr Philippe Ballot, réagit à cette nouvelle.

 Photo/ Richard Ying et Tangui Morlier Photo/ Richard Ying et Tangui Morlier

L'IVG est légalisée en France depuis l'adoption de la « loi Veil » du 17 janvier 1975, reconduite définitivement par la « loi Pelletier » du 31 décembre 1979. Depuis le 4 mars 2024, elle est pour la première fois inscrite dans sa Constitution. Ainsi, "La loi détermine les conditions dans lesquelles s'exerce la liberté garantie à la femme d'avoir recours à une interruption volontaire de grossesse”.

 

La réaction de Mgr Ballot

Cette inscription dans la Constitution a donné lieu à des débats et incompréhensions, notamment au sein des églises. Au micro de RCF Jerico Moselle, Mgr Ballot évoque un processus de la vie qui “ne doit pas être arrêté du début à la fin”. L’église quant à elle “fera tout pour accueillir la vie”.

Mgr Ballot, évoque le cas des médecins et précisément “la liberté de conscience” qui peut être mise à l’épreuve. 

En conclusion, il met en avant le manque de structures qui aident les femmes durant et après leur grossesse.

 

Le regard des religions monothéistes 

Dans sa chronique régulière à l’antenne de “Midi Lorraine”, Le Père Denis Velfert, revient sur les différents réactions des religions monothéistes :

Selon le judaïsme ordodoxe l’avortement est “possible si la mère est en danger”. Le Judaisme libérale, évoque que “la femme décide et l’état n’a pas à s’ingérer”.

En ce qui concerne l’Islam, l’IVG est “possible seulement si la mère est en danger et uniquement par un médecin”.

L’Eglise Protestante Unie de France inscrit que “l’Eglise protestante n’est pas contre l’avortement, c’est à chacun de prendre ses responsabilités face à Dieu.”
 

 

3 questions à ... en Moselle Mgr Philippe BALLOT : accueilir la vie comme un don et l'accompagner
Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don