Accueil
Incendies de forêt : l'été 2022 s'annonce déjà brulant
Partager

Incendies de forêt : l'été 2022 s'annonce déjà brulant

Un article rédigé par Jean-Baptiste Labeur - RCF, le 22 juin 2022  -  Modifié le 22 juin 2022
Le dossier de la rédaction Risque incendie maximum avant l'été

Avant même les vacances d’été, le risque incendie est déjà maximal dans le sud de la France. Plusieurs milliers d’hectares de végétation sont déjà partis en fumée. En cause, la sécheresse et la canicule mais aussi les imprudences.

Feu de forêt. ©Unsplash Feu de forêt. ©Unsplash

La saison des feux s’annonce compliquée. Pour une fin juin, les sapeurs-pompiers sont déjà très sollicités. Dans l’Aude, l’Hérault, le Gard, l’Ardèche, les Bouches du Rhône, le Var où un feu sur le camp militaire de Canjuers a parcouru 1000ha, avec une trentaine de pompiers blessés. On n’a jamais vu une saison des feux aussi précoce depuis 2003, un mois et demi d’avance avec cette sécheresse et des températures estivales déjà au mois de mai. Eric Flores est vice-président de la fédération nationale des sapeurs-pompiers et il est inquiet pour cet été :

Si on a une saison qui dure trois mois au lieu d’un mois et demi comme auparavant. Nous aurons un enchaînement des feux qui fera qu’on aura une usure des personnels et des matériels.

En parallèle, dans le sud de la France, la tension sur les urgences hospitalières, accentuée par l’arrivée des touristes, peut restreindre les ressources des sapeurs-pompiers pour lutter contre les feux de forêts. Enfin si des pompiers sont bloqués dans leurs départements d’origine par des feux, ils seront moins disponibles pour renforcer les moyens dans le zones les plus exposées par exemple.

 

Le constat est identique pour les moyens aériens de la sécurité civile.

La flotte française est composée de douze canadairs et six DASH 8 des avions plus lourds qui peuvent larguer aussi du retardant. Et les rotations sont déjà au niveau de celle d’un mois de juillet depuis la base de Nîmes-Garons.

"Même lorsque les conditions météo sont favorables, on est confronté à des incendies qui sont violents qui se propagent rapidement. Nous sommes engagés très vite sur des « chantiers » de 700, 1000 ha, c’est vraiment précoce pour nous et la fatigue commence déjà à se faire sentir" explique Christophe Govillot commandant de bord sur canadair et membre du bureau du syndicat national du personnel navigant de l’aéronautique civile (SNPAC). 

Le SNPAC qui tire la sonnette d’alarme sur la formation de nouveaux pilotes de canadair. Il en manque sept selon lui et faute d’accord au 1er juillet. Le syndicat pourrait déclencher une grève. Les pilotes demandent aussi une série des mesures pour l’attractivité leur métier.

 

Une conséquence du réchauffement climatique.

Cela implique désormais la remontée vers le nord du risque feux de forêt dans des départements où l’on n’observait pas ce phénomène dans le passé. Ces dernières semaines, il y a eu des départs de feu en forêt de Fontainebleau près de Paris. Depuis quelques années, déjà, les pompiers du nord de la France s’adaptent et s’équipent explique Eric Flores : "la plupart des Service départementaux d’incendie et de secours (SDIS) ont commencé à anticiper. Nous avons déjà des formations communes. La difficulté, ce sont les moyens, il faut acheter les véhicules, il faut anticiper les plans d’équipement parce que nous ne sommes qu’aux prémices de ce réchauffement".

Dans le nord de la France, l’Etat a aussi installé de nouveaux « pélicandromes », (des bases pour ravitailler les bombardiers d’eau), dans le Val de Loire, les Vosges, et même en Bretagne ou en Picardie. Certains départements comme l’Indre s’équipent en moyen de surveillance et de détection incendie avec notamment des réseaux de caméras. Et pour l’avenir il faudra anticiper aussi le remplacement des canadairs qui ont 25 ans d’âge. 

Avec le changement climatique, est ce qu’on doit s’attendre à des feux hors de contrôle ?

Malheureusement dans l’avenir, le risque de méga feux n’est pas exclu en France, à l’image de ce qu’a vécu le Portugal, la Grèce ou même les Etats-Unis et l’Australie. Une mission parlementaire du sénat travaille d’ailleurs en ce moment sur cette question. (moyens et technique de lutte, organisation des secours et prévention). Sébastien Lahaye est un ancien pompier. Il a créé la société Warussen. Il travaille sur la sensibilisation et la résilience des populations face au risque incendie. A ce stade, il estime que les Français n’ont pas acquis une culture du feu :

Aux Etats-Unis en Australie après avoir eu des incendies catastrophiques avec de nombreuses victimes, ces pays ont développer une vraie culture du feu. Ça ne consiste pas seulement à ne pas déclencher de feux comme on le fait en France, mais qui consiste à apprendre à se protéger. Que dois-je faire pour que le feu ne se propage pas à ma maison. Comment réagir quand le feu est là comment par exemple, on se confine dans sa maison ? Et là, évidemment, non, les gens ne sont pas prêts. 

90 % des incendies de forêt ont une origine humaine. 

Des pyromanes évidemment, mais majoritaire des accidents et surtout des imprudences. Pour cet été, les sapeurs-pompiers appellent à la responsabilité et au civisme de chacun. Pas de barbecue en pleine nature. Attention à l’utilisation d’outils générateurs d’étincelle et surtout la plaie des pompiers le jet des mégots de cigarette.

"C’est criminel il y a encore trop d’abrutis qui jette leur mégot par la fenêtre de leur voiture" souligne Eric Flores.

Le vice-président de la fédération des sapeurs-pompiers préconise plus de prévention encore auprès des fumeurs comme par exemple la distribution de cendriers portables, mais aussi un durcissement des sanctions.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don