Accueil
RCF "Il faut réinventer la façon de gouverner" selon Thomas Dossus, sénateur écologiste

"Il faut réinventer la façon de gouverner" selon Thomas Dossus, sénateur écologiste

Un article rédigé par Manon Muller - RCF, le 10 juillet 2024  -  Modifié le 10 juillet 2024
L'Invité de la Matinale "Il faut réinventer une façon de gouverner" selon Thomas Dossus, sénateur écologiste

Ce mercredi, le sénateur écologiste du Rhône Thomas Dossus met en lumière un enjeu crucial : les institutions françaises peinent à s'adapter aux nouvelles configurations politiques issues des dernières élections. Selon lui, cette situation pourrait mener à une nécessaire réforme du mode de scrutin ou des méthodes d'élection parlementaire, afin de garantir une gouvernance plus stable et efficace. Interrogé par Grégoire Gindre, Thomas Dossus appelle à repenser le fonctionnement des chambres dans ce contexte politique inédit.

Thomas Dossus, sénateur écologiste du Rhône ©Amaury Cornu/Hans Lucas Thomas Dossus, sénateur écologiste du Rhône ©Amaury Cornu/Hans Lucas

Depuis  le 7 juillet, la possibilité d’une France ingouvernable fait couler beaucoup d’encre. Le Sénat, majoritairement composé de la droite républicaine, va devoir assumer son rôle de chambre haute pour apaiser les tensions, trouver des compromis et enrichir les textes législatifs selon Thomas Dossus. Quel rôle le Sénat pourra jouer dans l'instauration d'un dialogue entre le camp présidentiel et les autres forces politiques ? 

Quelle fonction pour le Sénat ? 

Son rôle principal est de revoir et d’enrichir les textes de loi proposés par l'Assemblée nationale. On parle en général de navette parlementaire, qui est le processus par lequel un projet de loi est envoyé entre les deux chambres (Assemblée nationale et Sénat) jusqu'à ce qu'elles s'accordent sur une version finale. 

Sans majorité absolue à l’Assemblée nationale et face à trois forces politiques, Thomas Dossus revient sur le rôle à jouer pour la Chambre haute “ Oui, c’est une période à la fois d'incertitude, et je pense qu'il va falloir sortir de ce vertige pour revenir à un nouveau travail. Il faut que chacun apprenne à travailler différemment", précise-t-il.

Le Sénat n’est pas un barrage aux textes de loi 

Composé majoritairement de sénateurs Les Républicains (LR), le Sénat ne constitue toutefois pas un obstacle aux lois proposées par l'Assemblée nationale, selon Thomas Bossus. Le sénateur écologiste souligne que la chambre haute a mené “un travail constructif qui visait à collaborer sans entraver les autres forces politiques jusqu’à présent”

“Avec l'idéologie des Républicains, les textes prennent parfois un virage à droite, mais en tout cas, ils n’ont jamais été bloqués. J'espère que les Républicains vont revenir à la logique de notre Chambre qui est une logique de travail parlementaire et de ne pas bloquer nos institutions plus qu'elles ne peuvent l'être vu la situation politique actuelle” , poursuit-il. 

Une nouvelle façon de gouverner ? 

Les institutions, conçues pour être stables, se heurtent à une nouvelle réalité : l'Assemblée nationale, censée fonctionner avec une majorité et une opposition claires, peine à s'adapter à une majorité plurielle après les dernières élections. Pour Thomas Dussos, “cette situation pourrait mener à une réforme du mode de scrutin ou de la façon dont on élit nos parlementaires” 

“ On arrive à quelque chose qui n'est plus gouvernable. Je pense qu'il faut réinventer une façon de gouverner. Mais si nous n'arrivons pas à faire fonctionner ces chambres dans la configuration politique actuelle, il va falloir réfléchir à une réforme de nos institutions” , conclut le sénateur écologiste.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
L'Invité de la Matinale

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don