Accueil
"Il faut défendre la résistance ukrainienne même si cela nous coûte cher", selon Olivier Weber
Partager

"Il faut défendre la résistance ukrainienne même si cela nous coûte cher", selon Olivier Weber

Un article rédigé par Clara Gabillet - RCF, le 20 septembre 2022  -  Modifié le 18 mars 2024

La guerre en Ukraine dure depuis bientôt sept mois et révèle du côté des Ukrainiens un profond attachement aux valeurs européennes. C'est ce que raconte Olivier Weber dans son dernier livre "Naissance d'une nation européenne" (éditions de l'Aube). Écrivain, ancien diplomate et reporter de guerre était l'invité de la matinale RCF.

L'écrivain Olivier Weber © Clara Gabillet/RCF L'écrivain Olivier Weber © Clara Gabillet/RCF

À sept mois de guerre, 445 tombes ont été découvertes par les forces ukrainiennes dans la forêt près d'Izioum, une ville reprise à l'armée russe. "Cela me révolte, réagit Olivier Weber. On a l’impression que ces crimes de guerre ne finissent jamais." Il veut croire que ces crimes seront jugés. "Il faut qu’il y ait deux sortes de justice : la justice nationale ukrainienne accompagnée de la justice internationale. Il faut documenter. La justice a besoin d’un temps long et en même temps on doit faire très vite car les preuves disparaissent", poursuit-il. 

 

Un idéal européen

 

Dans son livre "Naissance d'une nation européenne" (éd. Aube), Olivier Weber est allé à la rencontre des Ukrainiens, jeunes et moins jeunes, investis dans l’effort de guerre. "Ils me diseent 'On se bat pour la liberté !' C’est une revendication moins d’appartenir à l’Union européenne qu’à la famille européenne", retrace l'écrivain, conscient tout de même au risque pour le pays de tomber dans le nationalisme que la haine peut engendrer. 

 

Des Ukrainiens qui ont pu témoigner de leur reconnaissance vis-à-vis de l'aide internationale. "Ils savent que c’est vital et fragile, assure Olivier Weber. Ils vivent cela comme un élan d’empathie extraordinaire. Mais ils craignent l’usure de l’empathie. Les Ukrainiens sont lucides et se demandent si on parlera encore de l'Ukraine dans six mois."

 

Défendre les valeurs démocratiques, quoi qu'il en coûte

 

D'autant plus que la crise de l'énergie qui en découle, et l'augmentation du prix du gaz et de l'électricité peut provoquer de la colère par exemple en France. L'ancien reporter de guerre estime qu'il y a "un prix à payer, qu’il faut serrer les rangs"

 

Olivier Weber raconte avoir été "touché par cet élan de l’arrière avec un effort et une imagination incroyable". Selon lui, "c’est cet élan de résistance qui est formidable et qu’il nous faut défendre même si ça nous coûte un peu cher". "Il en va de nos valeurs démocratiques", conclut l'écrivain. 

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don