Accueil
Guerre Hamas - Israël : Au Liban les évêques signalent les risques de menace sur le pays
Partager

Guerre Hamas - Israël : Au Liban les évêques signalent les risques de menace sur le pays

Un article rédigé par Baudouin de Wolbock - RCF, le 11 janvier 2024  -  Modifié le 7 février 2024
L'actu chrétienne Guerre Hamas Israël : Le cri d'alarme des évêques libanais

Les évêques libanais sont préoccupés par la situation en Terre Sainte entre le Hamas et l'armée israélienne. Ces derniers craignent un embrasement du conflit dans leur région.

La cathédrale Saint-Georges des Maronites à Beyrouth© djedj / Pixabay La cathédrale Saint-Georges des Maronites à Beyrouth© djedj / Pixabay

Dans un communiqué publié le 3 janvier, les évêques maronites appellent la communauté internationale à agir avant que la guerre entre Israël et le Hamas ne s’étende au Liban. Depuis le début du conflit à Gaza le 7 octobre dernier, la tension est montée d’un cran au pays du Cèdre. Le Hezbollah qui soutient le Hamas, et Israël s’affrontent le long de la frontière entre le Liban et l’État hébreu." Les libanais craignent un dérapage et que le Hezbollah décide de mettre les moyens pour affronter Israël, ce qui augmenterait le risque d'une guerre" redoute Vincent Gelot, responsable projets pour l'Œuvre d'Orient au Liban et en Syrie. Fondé en 1982 à la suite de l'invasion du Sud- Liban par Israël, le Hezbollah a toujours eut pour objectif principal d'être un mouvement de résistance contre l'occupation israélienne. Par ailleurs, le numéro deux du Hamas palestinien a été tué près de Beyrouth le 2 janvier, dans une attaque attribuée à Israël. 

 

De plus en plus d'enfants sont déscolarisés, les gens n'arrivent plus à se soigner, les écoles sont en train de fermer.

Cette guerre vient s’ajouter à une importante crise politique, économique et financière que traverse le Liban depuis plusieurs années. Plus de 80 % des libanais vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 5 euros par jour d'après l'UNICEF. La population libanaise est chaque jour un peu plus asphyxiée et souffre des conséquences ces crises : "De plus en plus d'enfants sont déscolarisés, les gens n'arrivent plus à se soigner, les écoles sont en train de fermer. Cette guerre est donc intervenue dans un niveau d'inquiétude déjà élevé."

L'Eglise, porte-parole du peuple libanais

Les évêques maronites formulent une série de demandes pour éviter l’escalade du conflit. Ils exhortent les parties à respecter la résolution des Nations Unies qui exige le retrait du Hezbollah à 30km de la frontière israélienne et le respect par Israël de la souveraineté libanaise. 
Hôpitaux, écoles, centres sociaux pour personnes âgées ou handicapées. Toutes ces institutions sont aujourd’hui portées à bout de bras par une poignée de congrégations et d’associations, dont l’Œuvre d’Orient : "Ce qui fait tenir la population libanaise aujourd'hui c'est l'aide de la diaspora, le travail du secteur associatif et le soutien apporté par les églises." L''Église libanaise tient une place majeure dans le soutien à la population : " L'Etat est absent, toutes les structures du pays se sont effondrées, l'Église a donc d'autant plus un rôle à jouer."

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don