Accueil
Guerre en Ukraine : réfugiée à Angers, la famille d'Irina commence à prendre ses marques

Guerre en Ukraine : réfugiée à Angers, la famille d'Irina commence à prendre ses marques

Un article rédigé par Augustin Le Bigot et Marion Bastit - RCF Anjou, le 28 mars 2022  -  Modifié le 28 mars 2022
Reportages Guerre en Ukraine : réfugiée à Angers, la famille d'Irina prend ses marques

Originaires de Kiev, Irina et ses deux enfants sont arrivés en Anjou le 12 mars 2022. Installés dans un appartement de la paroisse Sainte-Bernadette à Angers, ils tentent de reprendre une vie normale, même s'ils sont très inquiets pour leurs proches restés en Ukraine.

Arrivés en France le 11 mars 2022, Irina et ses enfants Sacha et Tatiana sont hébergés dans un appartement de la paroisse Saint-Bernadette à Angers. ©RCF Anjou Arrivés en France le 11 mars 2022, Irina et ses enfants Sacha et Tatiana sont hébergés dans un appartement de la paroisse Saint-Bernadette à Angers. ©RCF Anjou

Sur les 30 000 réfugiés arrivés en France depuis le début de la guerre en Ukraine, plusieurs centaines sont accueillis en Maine-et-Loire. C’est le cas d’Irina et ses deux enfants, Tatiana, 18 ans, et Sacha, 15 ans.

 

Originaires de Kiev, ils sont arrivés en Anjou le 12 mars 2022. Ils ont rejoint une amie ukrainienne, déjà installée à Angers depuis 2014 avec sa fille, une ancienne camarade d'école de Sacha.

 

"On ne s'attendait pas à une telle solidarité !"

 

Après avoir été hébergée chez un couple de retraités à Bouchemaine, la famille a maintenant son propre appartement, prêté par la paroisse Sainte-Bernadette à Angers. Aujourd’hui, Irina, Tatiana et Sacha se sentent chez eux. Il y a même leur nom sur la sonnette.

 

« Quand on est arrivés, l'appartement était totalement vide, raconte Tatiana en anglais. Les paroissiens nous ont beaucoup aidés. Ils ont apporté tous les meubles, de la nourriture, ils ont réparé le four, le frigo, ils nous ont donné un micro-ondes… On vit comme à la maison ici, on a tout ce qu’il faut grâce à eux. Ils nous ont même accueillis avec des gâteaux ! »

 

Depuis leur arrivée, ils n’ont pas vraiment eu le temps de se poser. Entre les rendez-vous pour demander leurs titres de séjours, l’ouverture d’un compte en banque ou l’obtention d’un numéro de téléphone français, leurs journées sont de vrais marathons.

 

Reprendre les cours... mais en français !

 

Depuis une semaine, Sacha, 15 ans, est inscrit au lycée Mongazon, où il a retrouvé son amie d'enfance. Il tâche de suivre les cours, même s’il ne parle pas français.

 

« Certains profs parlent anglais, et s’ils ne parlent pas anglais, mon amie ukrainienne traduit pour que je comprenne, raconte-t-il. Dans certaines matières, j’essaie de comprendre ce qu’ils disent. C’est un petit peu difficile mais j’essaie d’apprendre le français. » Pour progresser, il suit des cours particuliers deux fois par semaine.

 

Sa sœur Tatiana a plus de chance que lui : elle poursuit ses études d’économie à l'Université catholique de l'Ouest (UCO), où tous ses cours sont en anglais. Aucun des trois ne parlant français, ils ont tous commencé à suivre les cours de langue dispensés aux réfugiés par la Croix-Rouge à Angers.

 

"On ne sait pas si notre immeuble à Kiev existe encore"

 

Malgré ce changement de vie, ils gardent les yeux rivés sur l’actualité ukrainienne. « Nous sommes très inquiets pour nos proches qui sont restés en Ukraine, explique la jeune étudiante. Le quartier où nous vivions à Kiev est devenu très dangereux. Ils ont détruit tous les centres commerciaux, l’école où nous allions avec mon frère aussi. Nous ne savons même pas si l’immeuble où nous habitions existe encore. »

 

Tous les soirs, ils appellent leur père, qui a trouvé refuge dans l’Ouest de l’Ukraine. « Il a 53 ans, et pour l'instant ce sont les hommes plus jeunes qui partent combattre, explique sa fille. Mais si ça continue, il devra y aller aussi. »

 

"Je prie pour que nos proches restent en vie"

 

La famille fréquente la paroisse orthodoxe d’Angers chaque dimanche. C'est elle qui a financé leur voyage en car jusqu'en France. « Je remercie Dieu pour tous ceux qui nous ont aidés, confie Irina. Je prier aussi pour que nos proches en Ukraine restent en vie. »

 

« La seule chose que je demande, c'est que l'Otan ferme l'espace aérien de l'Ukraine, ajoute Tatiana, pour que mon pays, celui où je suis née, ne soit pas totalement rayé de la carte. »

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don