Accueil
Grève dans l'Éducation nationale : vers une journée historique en Haute-Loire ?

Grève dans l'Éducation nationale : vers une journée historique en Haute-Loire ?

Un article rédigé par Cédric Bonnefoy - RCF Haute-Loire,  -  Modifié le 12 janvier 2022

Ce jeudi, l'intersyndicale appelle les enseignants à débrayer. Ils entendent dénoncer les changements incessants du protocole sanitaire dans les écoles. Le mouvement devrait être particulièrement suivi en Haute-Loire.

Certaines écoles du département seront carrément fermées faute d'enseignants. ©RCF Haute-Loire. Certaines écoles du département seront carrément fermées faute d'enseignants. ©RCF Haute-Loire.

Les syndicats ont prévenu, beaucoup de classes ne pourront pas accueillir les élèves ce jeudi. L'intersyndicale appelle, plus que jamais, à la mobilisation face aux réguliers changements du protocole sanitaire dans les écoles. En Haute-Loire, cette journée de mobilisation pourrait être historique. Guy Thonnat, secrétaire de la fédération Force Ouvrière de l’enseignement dans le département, s'attend à "70% d'enseignants grévistes". Son collègue de l'UNSA Éducation, Stéphane Dellorenzi ajoute que cette journée pourrait être "la plus grosse mobilisation depuis une dizaine d'années". 

Un mouvement largement suivi

Les chiffres exacts de la grève seront connus dans la matinée de jeudi. Mais d'ores-et-déjà, Guy Thonnat annonce la couleur. Selon lui, "seulement 15 classes du Puy-en-Velay pourront accueillir des élèves, ça fait 70% de fermeture". Un chiffre que le rectorat n'a pas été en mesure d'infirmer ou de confirmer. Des écoles pourraient également fermer faute d'enseignants. Le service de restauration ne sera, par exemple, pas assuré à Monistrol-sur-Loire demain midi. Un service minimum d'accueil sera normalement mis en place ce jeudi pour accueillir le maximum d'élèves

Les syndicats dénoncent un ras-le-bol général

La colère couve depuis un certain temps déjà. Les syndicats indiquent que les enseignants "sont épuisés" après plusieurs mois perturbés par l'épidémie de Covid-19. Si FO dénonce "des protocoles sanitaires inapplicables depuis le début", l'UNSA s'insurge plutôt contre la méthode d'annonce du gouvernement. "Par exemple, le protocole de la rentrée du 3 janvier est tombé la veille à 19 heures, ce n'est pas acceptable" explique Stéphane Dellorenzi. Les syndicats demandent plus de clarté et d'anticipation.

La principale fédération de parents d'élèves solidaire du mouvement

La FCPE, la Fédération des Conseils de Parents d'Élèves soutient cette journée de grève. C'est suffisamment rare pour être souligné. Elle va même plus loin en appelant les parents à ne pas amener leurs enfants à l'école. "C'est normal, on ne peut pas demander aux parents de prendre des jours de congés ou de RTT tous les quatre matins" indique Guy Thonnat. 

Un rassemblement est prévu jeudi matin à partir de 10h30 devant l'inspection académique à Vals-près-le-Puy. Les syndicats n'excluent pas de poursuivre le mouvement dans les prochains jours. Ils entendent ne pas relâcher la pression avant une autre journée de mobilisation sur la question des salaires programmée le 27 janvier prochain.  

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don