Accueil
RCF Grand Ouest : Les éleveurs laitiers restent optimistes
Partager

Grand Ouest : Les éleveurs laitiers restent optimistes

Un article rédigé par Benjamin Baillemont - RCF Côtes d'Armor, le 27 juin 2024  -  Modifié le 7 juillet 2024

L'Observatoire de l'élevage de la coopérative Innoval, qui regroupe 30 000 agriculteurs du Grand Ouest, a publié sa nouvelle enquête sur les éleveurs laitiers. Un peu plus de 800 d'entre eux ont répondu à cette étude qui portait sur l'organisation de leur travail. 

L'élevage laitier breton représente 23% de la production française de lait © Pixabay L'élevage laitier breton représente 23% de la production française de lait © Pixabay

L'Observatoire de l'élevage d'Innoval a publié les conclusions de sa nouvelle enquête sur l'élevage laitier. L'étude a recueilli les avis de 839 agriculteurs de tout le Grand Ouest. L'organisme souhaitait connaître les attentes des éleveurs laitiers concernant la réorganisation de leur travail. 

Un optimisme, surtout chez les plus jeunes

Les éleveurs laitiers ont de nombreuses raisons d'être pessimistes. Ils ont des conditions de travail particulièrement difficiles, avec des semaines d'au moins 50 heures pour 90 % d'entre eux. Et ils ont subi une importante crise laitière. Celle-ci avait eu des conséquences concrètes dans la région, comme le blocage d'un camion du groupe Lactalis à Baud, dans le Morbihan, par des producteurs de lait, en décembre dernier.

Pourtant, 62 % d'entre eux restent optimistes sur leur secteur. Un nombre qui grimpe à 81 % chez les jeunes de 18 à 29 ans. En réalité, l'âge est lié à des types d'exploitations agricoles qui influent sur ces résultats. Les éleveurs les plus âgés, entre 50 et 59 ans, ne se sentent optimistes qu'à 51 %.

Se réorganiser par l'entraide et la communauté

L'étude démontre aussi l'importance de la communauté pour ces éleveurs laitiers. Les plus jeunes se regroupent principalement dans des groupements agricoles d'exploitation en commun (ou GAEC). Ils s'associent à 4 ou 5 et se spécialisent dans des tâches.

L'intérêt de ce type d'exploitation est de réduire le poids de l'astreinte, en le partageant entre chacun. Celle-ci représente un poids lourd dans l'organisation du travail des agriculteurs. 77 % des éleveurs interrogés privilégient la réduction du temps d'astreinte à celle du travail saisonnier. L'entraide, l'échange entre pairs, est par ailleurs le premier besoin des enquêtés pour améliorer leur organisation.

Les éleveurs restent donc optimistes, surtout grâce aux nouvelles pratiques de la jeune génération, qui souhaite vivre avec des horaires plus stables, en prenant des vacances (en moyenne 3 semaines par an) et avec des revenus décents.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don