Accueil
Gérard Collomb, maire emblématique de Lyon, est mort
Partager

Gérard Collomb, maire emblématique de Lyon, est mort

Un article rédigé par Jean-Baptiste Cocagne - RCF, le 26 novembre 2023  -  Modifié le 1 décembre 2023

Maire de Lyon pendant près de 20 ans (2001-2023), Gérard Collomb est mort ce samedi 25 novembre 2023 des suites d’un cancer de l’estomac. Il avait 76 ans.

Gérard Collomb © RCF Lyon - février 2021 Gérard Collomb © RCF Lyon - février 2021

Il était surnommé le « baron » de Lyon et à l’annonce de sa disparition, c’est toute « sa » ville qui est en deuil. Gérard Collomb est décédé ce samedi, un peu plus d’un an après avoir révélé au grand public qu’il était atteint d’un cancer de l’estomac.  Son successeur à la mairie lyonnaise Grégory Doucet salue un « maire transformateur et humaniste », qui « aura marqué à jamais l’histoire de Lyon ».

Le président de la République Emmanuel Macron, qui l’avait nommé dans son premier gouvernement, estime dans un communiqué officiel que le nom de Gérard Collomb « restera indissociable de celui de sa ville, Lyon ».

Au micro de RCF Lyon, Gérard Collomb déclarait quelques mois après avoir quitté son fauteuil de maire que Lyon représentait pour lui « l'alpha et l'oméga », dans une relation presque sentimentale. Né à Châlon-sur-Saône le 20 juin 1947, Gérard Collomb arrivera à Lyon pour ses études supérieures à la fin des années 1960. Il ne quittera plus la cité des Gaules, sauf pour sa parenthèse au ministère de l'Intérieur (mai 2017 - octobre 2018).

Version Originale · RCF Lyon Gérard Collomb en version originale

L’élu socialiste aura marqué la ville de son empreinte et accompagné sa transformation, de la naissance du Vélo’V à l’aménagement des Berges du Rhône, en passant par les nouvelles tours de la Part-Dieu et la construction du quartier Confluence. En mars 2001, après deux échecs lors des municipales de 1989 et 1995, il profite des divisions de la droite pour ravir la victoire et fait basculer la ville à gauche.


Conseiller municipal de Lyon pendant près de 50 ans 

Retracer la vie de Gérard Collomb, c’est ainsi raconter un demi-siècle de politique lyonnaise. Entré au conseil municipal de Lyon en mars 1977, il occupera ce siège pendant 46 ans de manière ininterrompue. Figure du Parti socialiste, Gérard Collomb surprend parfois par la liberté de ses positions.

A son arrivée place des Terreaux, il mise sur la sécurité avec l’installation de caméras de vidéoprotection, ce qui n’allait pas de soi pour un élu du parti à la rose. Pendant tout son mandat de maire, il ne cessera d’incarner et de vanter son « modèle à la lyonnaise » : une coopération du politique avec le monde économique et en dialogue constant avec les religions, dans un souci d’intérêt général. 


Fils d’un père ouvrier et issu d’un milieu modeste, Gérard Collomb observait avec admiration les réussites des chefs d’entreprise qu’il côtoyait de près pour développer sa vision de la ville. Proche de l’archevêque de Lyon Mgr Philippe Barbarin, Gérard Collomb ne ratait quasiment jamais la traditionnelle cérémonie du Vœu des Echevins chaque 8 septembre à Fourvière. Une présence loin d’être une évidence sur le papier, pour un homme qui ne cachait pas son appartenance à la franc-maçonnerie. Le maire socialiste avait aussi créé le groupe interreligieux « Concorde et solidarités » regroupant les responsables religieux de la ville, dans la foulée de l’incendie de la synagogue de La Duchère en mars 2002.

De Lyon jusqu’au ministère de l’Intérieur

Maire du 9e arrondissement puis de Lyon, député, conseiller régional, sénateur, président de la Métropole de Lyon, Gérard Collomb aura presque obtenu tous les mandats électifs de la République française. En mai 2017, après une hésitation, il acceptera finalement de quitter Lyon pour rejoindre la capitale en tant que ministre d’Etat à l’Intérieur pour le début du mandat présidentiel d’Emmanuel Macron, dont il fut un soutien de la première heure. Il restera place Beauvau pendant 16 mois, revenant en catastrophe à Lyon sur fond d’affaire Benalla en démissionnant du gouvernement le 3 octobre 2018. Deux jours plus tard, il redevient maire de Lyon à la place de Georges Képénékian qui avait assuré l'intérim. 
 

2020, l’élection de trop

En 2020, après trois mandats de maire, Gérard Collomb tentera de devenir président de la Métropole de Lyon, une collectivité locale dont il avait créé le statut particulier avec Michel Mercier en 2015. Mais ce fut l’élection de trop, avec des divisions dans son propre camp, offrant la victoire aux écologistes lors de deux tours espacés de trois mois, épidémie de Covid oblige. Depuis, Gérard Collomb était toujours conseiller municipal et métropolitain. 


Adepte de Saint-Simon et du personnalisme d’Emmanuel Mounier, cet agrégé de lettres a étudié en classe prépa au lycée du Parc, où il eut comme professeur Jean Lacroix. Père de cinq enfants issus de trois unions différentes, Gérard Collomb avait prévu de dédier son temps après sa défaite de 2020 à l’écriture de ses mémoires. La maladie ne lui a pas permis d’aller au bout. 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don