Accueil
Général Etienne Copel, au-delà du mirage
Partager

Général Etienne Copel, au-delà du mirage

Un article rédigé par Simon Marty - RCF, le 12 novembre 2021  -  Modifié le 12 novembre 2021
L'Invité de la Matinale Général Etienne Copel au-délà du mirage

Le général Étienne Copel a eu mille vies, plus jeune général français, il a notamment fait partie des rares pilotes de chasse à larguer une bombe nucléaire lors des essais de l’armée française. Il se raconte dans "Au-delà du mirage" aux éditions Favre.

Avion de chasse français. ©Unsplash Avion de chasse français. ©Unsplash

Major de l’École de l’air et de l’École supérieure de guerre, Etienne Copel devient le plus jeune général de France, ce qui ne l’empêche pas de démissionner lorsqu’il constate qu’il ne peut s’opposer de l’intérieur à des choix qu’il juge dangereux.

Pour nous, il se souvient du jour où il a du larguer une bombe nucléaire ! Il fallait que je fasse le travail que j’aurais pu faire en temps de guerre, vis à vis de mes pilotes, en tant que chef d’escadre, je devais aussi montrer l’exemple : être précis sur la navigation, respect de l’heure, mais j’avais surtout peur de faire une bêtise, c’est un peu comme le jour du bac !

La dissuasion nucléaire qui est la pierre angulaire du pays est pour l’ancien général loin d'être parfaite, soulignant que très souvent durant la guerre froide, nous avons pu surestimer la puissance de l’URSS. Pour lui la doctrine du faible au fort qui était en application n’était pas appropriée.

Étienne Copel qui fait remarquer dans son ouvrage que pour certains pays, il semblait évident qu’il serait difficile de faire croire aux Soviétiques que la France oserait amorcer une guerre nucléaire. En dehors de la doctrine, la question du président de la République se posait aussi : oserait-il franchir le cap ?

 

Valéry Giscard d’Estaing m’avait expliqué, quelques années plus tard, qu'il est absolument exclu qu’un président de la République fasse croire qu’il commencera la guerre, en sachant que dans les 5 minutes suivantes il n’y aura plus de pays.

 

Qu’un pays de taille moyenne comme le nôtre soit à l’origine d’une frappe était illusoire, explique Étienne Copel.

L’ancien général qui se réjouit que nous vivions dans un monde où mon petit-fils ne risque pas d’être convoqué pour partir mourir dans des tranchées, dans des conditions dramatiques de souffrances.

A travers cet ouvrage, il espère aussi faire évoluer la vision du pouvoir français en matière de défense, afin qu’elle s’adapte au mieux aux menaces de notre société.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don