Accueil
Futur collisionneur circulaire du CERN : au nom de la recherche, mais à quel prix ?
Partager

Futur collisionneur circulaire du CERN : au nom de la recherche, mais à quel prix ?

Un article rédigé par Victorien Duchet - RCF Haute-Savoie, le 26 février 2024  -  Modifié le 26 février 2024

C'est un projet gigantesque à 15 milliards d'euros, qui se tient loin des regards, et pourtant, il est sous nos pieds ! L'Organisation Européenne pour la recherche nucléaire, le CERN, basé à Genève, planche sur la construction d'un nouvel accélérateur de particules, qui remplacerait l'actuel. Ce futur collisionneur circulaire de 92 kilomètres passerait en majorité sous le sol français, le Rhône, le Léman, et autour du Salève, avec huit puits d'accès. Un chantier jugé climaticide pour ses opposants qui ont déposé un recours en préfecture, le CERN se défend et invoque la recherche pour percer les mystères de l'Univers.

Vue du tunnel du LHC, secteur 3-4 ©Maximilien Brice (CERN) Vue du tunnel du LHC, secteur 3-4 ©Maximilien Brice (CERN)
ECOUTEZ Futur accélérateur de particules du CERN : la recherche, à n'importe quel prix ?

Une vingtaine de communes de Haute-Savoie concernées

FCC, trois lettres, pour signifier Futur Collisionneur Circulaire. Un anneau de 92 kilomètres de circonférence, construit à 240 mètres de profondeur, de Genève, au Nord, à Fillière au Sud. Une vingtaine de communes de Haute-Savoie, terres agricoles et propriétés privées, seront concernées par des opérations de forage. Un projet gigantesque. D'abord coûteux, plus de 15 milliards d'euros, et polluant selon les opposants. Sa consommation en électricité serait équivalente à une ville comme Montpellier. Un projet jugé climaticide, par Sophie Rappallini, membre du collectif d'habitants Co-CERNés.  

Des arguments "excessifs", pour le CERN

Si le CERN concède une partie de l'impact climatique, et la perte de terres agricoles, l'organisation internationale réfute les chiffres avancés par les opposants, qu'elle juge excessifs. Le porte-parole Arnaud Marsollier défend un projet indispensable pour la recherche. "Pour développer des technologies, des applications médicales, il faut la recherche fondamentale", explique-t-il. "Le web a été inventé par le CERN, et aujourd'hui on ne peut plus s'en passer, la recherche est utile", complète-t-il. 

Le FCC pourrait faire l'objet d'une votation

Si le projet est d'intérêt public, pourquoi ne pas consulter les premiers concernés, les habitants ? Une question que s'est posée Christina Meissner, députée genevoise. La parlementaire souhaite engager une votation dans le canton. "C'est un projet qui impacte le canton de Genève, le CERN ne fait pas ce qu'il veut, même si c'est une organisation extraterritoriale". D'ici là, des réunions publiques seront organisées par le CERN en avril dans les communes concernées. Le futur accélérateur de particules n'est pour l'instant qu'en l'état de projet, pour une mise en service en 2040.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don