Accueil
François Hollande aux victimes du terrorisme: "la réparation des corps de suffit pas"
Partager

François Hollande aux victimes du terrorisme: "la réparation des corps de suffit pas"

Un article rédigé par RCF - RCF,  -  Modifié le 19 septembre 2016
Organisée depuis 18 ans, la cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme prend cette année une ampleur différente, après les récents attentats et à quelques mois de la présidentielle.
podcast image par défaut

La cérémonie d'hommage national aux victimes du terrorisme s'est tenue lundi 19 septembre au matin, dans les jardins de l'intendant de l'hôtel national des Invalides. Organisé par les associations de victimes, la cérémonie a rassemblé bon nombre de personnalités politiques. Le président Hollande a tenu un discours, tout comme certains présidents d'associations de victimes. Le chef de l'Etat a notamment annoncé la hausse du fond de garantie pour les victimes.
 

"Humaniser l'aide aux victimes"

Ce n'est pas la première fois que le président Hollande s'adressait aux victimes d'attentats et à leurs familles. Le chef de l'Etat a fait part de son soutien. Il a aussi annoncé une réforme du système d'indemnisation des victimes du terrorisme. "Le fonctionnement et les règles seront réformés. Ses ressources seront revues en conséquence. L'Etat doit se porter garant. La prise en charge médicale et psychologique sera assurée dans l'immédiat et sur le temps long. Il faut humaniser l'aide aux victimes", a expliqué François Hollande. 

Le chef de l'Etat a ainsi voulu assurer son engagement aux cotés des victimes et de leurs familles. "La réparation des corps ne suffit pas. La nation doit aux victimes, la reconnaissance de ce qu'elles ont vécu, d'où la nécessité de l'accompagnement, du suivi, de la compassion. C'est le sens aussi de cette cérémonie aujourd'hui. 

"Aucune cause ne justifie le terrorisme"

Georges Salines, président de l'association "13 novembre, fraternité et vérité" a pris la parole en premier. Sa fille Lola, 29 ans, a perdu la vie dans l'attaque du Bataclan. "Victime, c'est une situation peu enviable et une étiquette dure à porter", a-t-il commencé. Georges Salines a ensuite cité une lettre d'une amie de sa fille, souhaitant oublier son statut de victime. "Je respecte son droit à l'oubli", a concédé le président de l'association 13 novembre, "mais j'ai choisi un chemin différent", a-t-il ajouté.

Georges Salines a souligné la solidarité qu'il entretenait avec toutes les victimes du terrorisme et les familles. Une solidarité "qu'il demande à son pays de partager". "La violence qui cible des innocents doit être condamnée", a-t-il martelé. "Il existe des causes justes, mais aucune cause ne justifie  le terrorisme" a ajouté Georges Salines, précisant que cette cérémonie constituait un hommage indispensable.
 

"Pas une guerre de religion"

Le discours a ensuite pris un caractère plus politique. "Certains de nos compatriotes réclament des mesures qui vont affecter les musulmans bien au-delà de la frange sanguinaire des terroristes", a indiqué Georges Salines. Avant de poursuivre, "ils sont encouragés dans leur peur, leurs préjugés, leur haine parfois, par des politiciens qui cherchent a récolter des voix, et des pseudos intellectuels qui cherchent à vendre des livres".

"Ce n'est pas une guerre de religion", a expliqué Georges Salines. "Parmi les victimes du terrorisme, les musulmans sont très nombreux et eux-aussi sont nos frères", a-t-il lancé. Et de conclure : "La République française ne vaincra le terrorisme en trahissant ses valeurs, mais en était fidèle à son slogan Liberté Egalité Fraternité."

Le discours de Georges Salines

 
Le discours de Georges Salines, président de l'association "13 novembre : fraternité et vérité"

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don