Accueil
Faire une pause au monastère : l'idée séduit de plus en plus de jeunes
Partager

Faire une pause au monastère : l'idée séduit de plus en plus de jeunes

Un article rédigé par Pauline de Torsiac, Odile Riffaud - RCF, le 12 décembre 2022  -  Modifié le 13 décembre 2022
L'actu chrétienne Avent 2022 : une pause au monastère pour les 18-35 ans

Le temps d'un week-end ou d'une journée en immersion, faire une pause au monastère. L'idée séduit de plus en plus de jeunes, surtout depuis la pandémie de Covid. Justement, pour l'Avent, une quarantaine de communautés monastiques ouvrent leurs portes et participent à l'opération "Pause au monastère".

Religieuses cisterciennes de l'abbaye Sainte-Marie du Rivet, en Gironde, le 22/09/2021 ©Philippe Rullaud / Hans Lucas Religieuses cisterciennes de l'abbaye Sainte-Marie du Rivet, en Gironde, le 22/09/2021 ©Philippe Rullaud / Hans Lucas

De plus en plus de jeunes fréquentent les monastères

 

Faire une pause au monastère, les jeunes sont de plus en plus demandeurs. Depuis la pandémie de Covid et les mesures de confinement "on sent vraiment une demande de recherche de sens de sa vie", observe Sœur Rozenn-Marie, de la communauté des clarisses de Nantes. "On a beaucoup de demandes qui nous sont faites pour venir passer souvent un week-end ou 72 heures au monastères, pour se poser devant le Seigneur, prendre du recul."

 

Faire une pause au monastère, une proposition de plusieurs communautés pendant l’Avent

 

Ça tombe bien, pendant l’Avent, plusieurs communautés de moines et de moniales font une proposition aux 18-35 ans : venir passer quelques jours dans leur monastère. Bénédictines et bénédictins, cisterciennes et cisterciens, mais aussi dominicaines, carmélites… Au total, c’est une quarantaine de communautés féminines ou masculines qui invitent les jeunes pour l’Avent. Le site vie monastique.com rassemble les différentes propositions dans la France entière. 

 

Le temps d’un week-end, ou d’une seule journée, l’idée est de "permettre aux jeunes de faire une pause dans leur quotidien", de "pouvoir prendre du temps devant le Seigneur", résume Sœur Rozenn-Marie. Et aussi de leur faire entrevoir "la vie fraternelle", leur montrer à quoi ressemble "la vie en communauté » et « concrètement comment ça se passe derrière les murs".

 

À quoi ressemble la vie des moniales ?

 

Comment vivent les moniales ? Exemple à Nantes, où la vie des clarisses est rythmée par la prière, le silence, le travail et la vie fraternelle. La spiritualité des clarisses repose sur "la pauvreté, la simplicité, la sobriété". Au monastère Sainte-Claire de Nantes, les jeunes qui viennent faire une pause sont invités à goûter un peu de la vie des 22 clarisses, âgées de 31 à 89 ans. "La journée commence avec le réveil à six heures moins dix", prévient la plus jeune Sœur Rozenn-Marie ! "Tout de suite on commence par l’office des Laudes à 6h30, avec un temps de prière silencieuse, d’oraison, qui se poursuit jusqu’à 8h. À 8h30, on commence chacune un temps de travail jusqu’à 11h."

 

La vie fraternelle passe par le soin aux religieuses les plus âgées à l’infirmerie. C’est aussi assurer le ménage, la cuisine, l’administratif, la comptabilité et l’accueil… "Il y a une sœur qui reçoit les personnes qui passent et qui viennent déposer leur intention ou qui ont besoin d’être écoutées." Chez les clarisses on reçoit beaucoup d’intentions de prière car une tradition veut que si l’on offre des œufs aux clarisses, le beau temps est assuré.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don