Accueil
Expulsion de l'imam Iquioussen : "Il s’agit d’appliquer la loi", affirme Sacha Houlié
Partager

Expulsion de l'imam Iquioussen : "Il s’agit d’appliquer la loi", affirme Sacha Houlié

Un article rédigé par Clara Gabillet - RCF, le 31 août 2022  -  Modifié le 31 août 2022
L'Invité de la Matinale Sacha Houlié, député Renaissance de la Vienne

Dans un peu plus d’un mois, ils feront leur rentrée. Le 3 octobre, les députés reprendront place sur les bancs de l’Assemblée nationale. Avec déjà d'importants dossiers sur la table et la crise énergétique en première ligne. Sacha Houlié, député Renaissance de la Vienne et président de la commission des lois à l’Assemblée nationale est l’invité de la matinale RCF.

Sacha Houlié, président de la commission des lois à l'Assemblée nationale © Clara Gabillet/RCF Sacha Houlié, président de la commission des lois à l'Assemblée nationale © Clara Gabillet/RCF

Le Conseil d’Etat a validé mardi l’expulsion de l’imam Hassan Iquioussen, alors qu’une ordonnance du tribunal administratif de Paris l’avait suspendue dans l’été. L’imam de nationalité marocaine est accusé d’avoir tenu des propos antisémites et misogynes. Il est aujourd’hui en fuite, les policiers ne l’ont pas trouvé chez lui mardi au moment de l’interpeller. La ligue des droits de l’Homme craint une "extension du champ d’application des expulsions". L’avocate de l’imam dénonce "une pression de l’exécutif sur le judiciaire". "Il s’agit d’appliquer la loi, répond Sacha Houlié, qui était co-rapporteur de la loi séparatisme. Lorsque des personnes tiennent des propos qui sont contraires aux valeurs de la République, ils peuvent faire l’objet d’une expulsion s’ils sont de nationalité étrangère. Ce n’est que le droit."

 

Face à la crise énergétique, l'appel du gouvernement à la responsabilité

 

Sur le plan de sobriété demandé aux entreprises par Elisabeth Borne lundi, le député estime que l’on est face à deux solutions : "Soit on subit les coupures, soit on organise la rupture et la sobriété". La cheffe du gouvernement n’a pas évoqué de contrainte ni de contrôle, seulement la menace d’un rationnement de l’énergie ou de coupures. "Il y a d’abord un appel à la responsabilité, affirme Sacha Houlié. Nous préférons que chacun, éclairé sur les risques, prenne ses responsabilités."

 


Le président de la commission des lois s’est également montré favorable aux taxes sur les super profits. "Il y a des bénéfices qui sont exceptionnels, des entreprises qui n’ont rien fait pour obtenir beaucoup de revenus mais dégagent beaucoup de ressources. Je pense qu’elles peuvent contribuer davantage", insiste Sacha Houlié. La commission des finances de l’Assemblée nationale se penchera prochainement sur cette mesure pour l’évaluer.

 

Elargir le droit de vote aux étrangers, une proposition qui divise la majorité


Une autre des propositions du député de la Vienne a particulièrement fait réagir cet été : sa proposition de loi pour élargir le droit de vote aux élections municipales à tous les étrangers installés en France. Une mesure qui n’a pas fait l’unanimité au sein même de sa majorité. "Je veux qu’on ait dans le débat migratoire toutes ces questions qui peuvent être posées et ne pas être hémiplégique en regardant seulement les problèmes que peut causer l’immigration mais aussi les bénéfices que peut tirer notre pays des personnes venant de l’étranger", se justifie Sacha Houlié. 

 

Enfin, la rentrée politique sera marquée par le conseil national de la refondation, annoncé par Emmanuel Macron pour le 8 septembre. Une instance de concertation entre acteurs politiques et sociaux déjà boudée par l’opposition, de gauche comme de droite qui dénonce un "enfumage". "C’est un grand paradoxe de l’opposition qui demande sans arrêt à être consultée au préalable, à être concertée en amont des projets de loi et des décisions qui sont prises et qui systématiquement refuse lorsque les concertations ont lieu en prétextant que ce n’est pas la bonne méthode qui est retenue", regrette le député de la majorité. 

 

L'interview est à regarder en intégralité sur notre chaîne Youtube

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don