Accueil
Etat, Département, inflation: les explications de Nice à la hausse annoncée des impôts locaux
Partager

Etat, Département, inflation: les explications de Nice à la hausse annoncée des impôts locaux

Un article rédigé par Stèvelan Chaizy-Gostovitch - RCF Nice Côte d'Azur, le 26 mars 2024  -  Modifié le 26 mars 2024

La Ville de Nice va augmenter les impôts. Une hausse justifiée par les ponctions de l'Etat, les désengagements du Département et l'inflation. Débat d'Orientation Budgétaire en Conseil Municipal ce mercredi. 

Archives RCF Archives RCF

La Ville de Nice va proposer lors du débat d'orientations budgétaire d'"opérer un ajustement de ses taux de fiscalité afin de préserver son niveau d’épargne brute nécessaire au maintien de la qualité des services publics et à la poursuite de l’action d’investissement" comprenez, augmenter les impôts. 

 

La municipalité niçoise a prévu de débattre de trois augmentations: la taxe foncière sur les propriétés bâties: de 29,62% à 35,30% (+5,68%). La taxe d'habitation sur les résidences secondaires de 21,10% à 25,15% (+4,05%). La taxe foncière sur les propriétés non bâties de 32,29% à 38,48% (+6,19%). 

 

La Ville de Nice n'explique pas cette hausse par les grands projets en cours et à venir mais par l'inflation, le comportement du Département des Alpes-Maritimes et le manque de compréhension de l'Etat. Explications dans un rapport présenté en conseil municipal ce 27 mars. 

 

1. L'inflation 

 

Redémarrage de l’économie post-covid, guerre entre l’Ukraine et la Russie, instabilité géopolitique: l'inflation a touché tout le monde et la Ville de Nice aussi. Une augmentation des coûts de plus de 10% en deux ans pour la Ville.

Selon nos informations, les achats de denrées alimentaires pour la restauration scolaire ont ainsi été portés de 7 742 690 € en 2021 à 10 013 823 € en 2024. La Ville de Nice avait-elle aussi pressenti l’augmentation de 5% de la valeur du point d’indice de la fonction publique ainsi que les diverses hausses du SMIC pour verser les salaires des agents ? Sans compter l'électricité... 

 

2. L'Etat

 

Si les niçois vont subir une hausse des impôts locaux, c'est aussi la faute de l'Etat selon la Ville de Nice qui doit payer une amende salée en 2024: 7 237 944 euros en application de la loi SRU. Le manque de logements sociaux coûte cher. L'Etat va aussi récupérer 2 840 000 euros à la Ville de Nice pour le dispositif de solidarité: les plus riches donnent aux plus pauvres. 

 

3. le Département des Alpes-Maritimes

 

Ce n'est pas la perte la plus importante mais elle est signalée par la Ville de Nice. La baisse des subventions attribuées par le Conseil départemental à l’Opéra de Nice, la hausse imposée de la contribution au Service départemental d’incendie et de secours et la baisse de la dotation au Centre Communal d'Action Sociale sont reprochés par l'équipe de Christian Estrosi. 

 

Les grands projets se poursuivent 

 

En marge de ces explications, la Ville de Nice indique poursuivre les investissements en 2024 avec au programme: 

 

Le Prolongement de la Promenade du Paillon

La finalisation du jardin d'Arménie 

Le Sommet des Océans de 2025 

La construction de l'Hôtel des Polices

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don