Accueil
"Est-ce ainsi que les hommes jugent ?", de Mathieu Menegaux
Partager

"Est-ce ainsi que les hommes jugent ?", de Mathieu Menegaux

RCF,  -  Modifié le 21 juin 2018
Christophe Henning nous présente « Est-ce ainsi que les hommes jugent ? », un livre de Mathieu Menegaux, publié par les éditions Grasset.

Assurez-vous d’avoir un peu de temps avant d’ouvrir le troisième roman de Mathieu Menegaux. Parce que vous risquez de ne pas le lâcher avant la 226e page. L’histoire tient du polar et de la fresque sociétale, du roman noir et du drame psychologique. Tout commence avec une tentative d’enlèvement d’une adolescente, bientôt secourue par son père, lequel se fait écraser par l’agresseur. C’est un drame, d’autant plus que le meurtrier court toujours. Trois ans plus tard, l’univers paisible d’une petite famille vire au cauchemar, quand à 6 heures du matin débarque une équipe de police, emmenant manu militari Gustavo, laissant la maison sans dessus dessous à l’issue de la perquisition, Sophie l’épouse et les deux fils plantés au milieu du capharnaüm. Quel rapport entre les deux affaires ? Ben justement, c’est tout le problème, et l’auteur s’amuse avec nous comme un chat avec une pelote de laine, tirant les fils de l’enquête jusqu’à nous faire douter de tout.

Mais dans les griffes d’enquêteurs aguerris n’aurions-nous pas, nous aussi, l’impression d’avoir quelque chose à nous reprocher ? Et que répondez-vous si je vous demande d’un air soupçonneux ce que vous faisiez le 19 janvier 2013 à 9h20 très exactement ?
 
Vous ne vous en sortirez pas comme ça, et on devient vite suspect. Et quand les pièces du puzzle semblent s’emboiter, en forçant juste un peu, vous voilà désigné comme le coupable idéal. Il suffit pour cela, je cite de « démêler le faux du vrai, mettre en lumière les contradictions, faire surgir la vérité touche par touche, par la force du raisonnement, la puissance des faits et quelques ficelles de praticien chevronné ». Pour faire craquer un criminel, pourquoi pas, mais Mathieu Menegaux nous décrit le vertige de l’innocent placé en garde à vue… ça fait froid dans le dos.
 
Somme toute, c'est plus qu'un bon policier, et le titre nous dit ce que veut montrer l’auteur : sur quoi pouvons-nous fonder notre jugement ? Certes, il y a des erreurs judiciaires, mais il y a quand même des procédures à respecter, et Gustavo pourra peut-être trouver les moyens de se défendre. Mais il y a aussi l’autorité des médias, des réseaux sociaux, qui se régalent du malheur des autres et surfent sur l’émotion. La vie sort des chemins tracés d’avance et le piège se referme. Menegaud joue sur la fragilité des existences, sur ces fractures qui broient des gens ordinaires. Un conseil : méfiez-vous du jugement des hommes… 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don