Accueil
Energies renouvelables: les différents scénarios envisagés par les pouvoirs publics
Partager

Energies renouvelables: les différents scénarios envisagés par les pouvoirs publics

RCF,  -  Modifié le 22 novembre 2018
Selon l’option retenue, jusqu’en 2028, six réacteurs nucléaires pourraient être mis à l’arrêt, ou bien aucun.
Pixabay Pixabay

L’objectif des 50% d’électricité issue de l’énergie nucléaire est atteint en 2035 dans les deux premiers cas. Mais en 2040 selon le troisième scénario soutenu par Bercy qui prévoit des EPR supplémentaires. Ces trois scénarii prévoient 40% d’électricité renouvelable en 2030, 2032 ou 2034.
 

Trois scénarii sur la table avec des conséquences impactantes sur le nucléaire et sur le renouvelable. Le premier est le plus favorable à votre secteur ?

"C’est un scénario qui correspond à une progression des énergies renouvelables dans le mix électrique, qui permet d’atteindre les 40% d’énergies renouvelables comme c’est prévu par la loi, en 2030. Avec une progression qui est de l’ordre de 5.000 mégawatts par an répartis entre le photovoltaïque, l’éolien terrestre, et l’éolien en mer. Cela nous va très bien. Nous avions fait des propositions à des niveaux supérieurs, ce qui montre bien que le potentiel est là. On pourrait encore faire plus mais ce scénario nous va bien, d’autant plus que l’on constate une accélération du développement des énergies renouvelables ces dernières années" explique â€‹Jean-Louis Bal, le président du syndicat des énergies renouvelables.
 

Quelles sont les conséquences si c’est un autre scénario qui est choisi ?

"Les conséquences c’est tout d’abord le non-respect de la loi. Nous demandons que la loi soit respectée. Elle a été votée en 2015 avec une grande unanimité de la part des parlementaires. Il est clair qu’avec un rythme plus faible, il y a des conséquences sur les investissements notamment industriels. Nous avons aujourd’hui une filière industrielle qui est en train de se constituer sur l’éolien en mer. On a 15.0000 emplois à la clé et qui pourraient prospérer avec le scénario numéro un. On a d’autre part la confirmation de la compétitivité de nos filières énergies renouvelables où l’on atteint des coûts de l’ordre de 60 euros du mégawatheure, ce qui est aujourd’hui le prix du marché de gros de l’électricité" ajoute-t-il.
 

Est-ce que les EPR sont une ligne rouge pour vous ?

"On ne se prononce pas sur le nucléaire existant, mais sur le nucléaire nouveau. Ce que l’on dit c’est que nous avons besoin d’avoir des scénarios ambitieux de développement des énergies renouvelables et surtout d’avoir une programmation des appels d’offre. Élaborer des scénarios c’est très facile, avoir une programmation des appels d’offre c’est pour nous une assurance sur le fait que ces scénarios seront réellement réalisés" conclut le président du syndicat des énergies renouvelables.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don