Accueil
En Alsace, l'arrivée du nouvel évêque sonne-t-elle la fin de la tourmente ?

En Alsace, l'arrivée du nouvel évêque sonne-t-elle la fin de la tourmente ?

Un article rédigé par Thierry Weber - RCF Alsace, le 5 mars 2024  -  Modifié le 7 mars 2024
Le dossier de la rédaction À Strasbourg, l'arrivée d'un nouvel évêque sonne-t-elle la fin de la tourmente

Depuis la semaine dernière, le diocèse de Strasbourg connaît le nom de son nouvel archevêque : Monseigneur Pascal Delannoy. L’ancien évêque de Saint-Denis arrive dans un diocèse orphelin depuis plus de 9 mois avec la démission de Mgr Luc Ravel suite à une visite apostolique.

L’arrivée du nouvel évêque pourrait bien marquer la fin de la tourmente pour l’Eglise Catholique d’Alsace.

Les jeunes catholiques d'Alsace aux JMJ de Lisbonne, unis malgré l'absence d'un archevêque © Diocèse de Strasbourg Les jeunes catholiques d'Alsace aux JMJ de Lisbonne, unis malgré l'absence d'un archevêque © Diocèse de Strasbourg

C'est une nomination qui a déjà fait couler beaucoup d'encre, ce qui en dit long sur l'attente qui régnait pour les catholiques d'Alsace. L'arrivée de Mgr Pascal Delannoy vient combler un siège vide, et suscite des attentes pour un diocèse qui tente peu à peu de se relever. 

Une Église qui a continué tant bien que mal à œuvrer

Le 27 mai 2023, la démission de Monseigneur Luc Ravel est actée par le Pape François et par le Président de la République, Emmanuel Macron, régime concordataire oblige. Une décision qui arrive au terme de plusieurs mois d'incertitudes et de tensions. L'ancien évêque aux armées est contesté en interne pour son management jugé trop autoritaire, et pour sa distance trop importante avec ses collaborateurs. 

Son engagement important pour la lutte contre les abus, reconnu et largement salué aurait peut-être accaparé l'essentiel de son attention, au détriment d'autres chantiers pastoraux. 

Des décisions simples pour que le diocèse continue de travailler avec les personnes qui sont en place 

C'est Mgr Philippe Ballot, archevêque de Metz qui est alors nommé administrateur apostolique. l'objectif est alors d'assurer l'intérim et de gérer les affaires courantes : "les prêtres qui avaient à célébrer des confirmations, je leur ai confirmé leurs délégations... Il y a des décisions très simples comme celles-là qui permettent à ce que le diocèse continue de travailler avec les personnes qui sont en place". 

Sur le terrain, les salariés au service de la pastorale tentent de poursuivre leurs actions. La démission de Mgr Ravel, mais aussi l'épuisement de l'équipe consacrée à la lutte contre les abus ralentissent considérablement les actions et le travail dans ce domaine. 

Dans le secteur de la jeunesse, l'absence d'un archevêque se fait aussi ressentir.

Il a manqué la présence d'un archevêque, pour leur dire qu'ils étaient importants, qu'ils avaient leur place dans l'église et pour les encourager

Même si l'énergie, la motivation des équipes et des jeunes ont permis de traverser cette période, les jeunes ont manqué "d'un berger" nous confie Marie-Antoinette de Gasquet, en charge des adolescents et des jeunes adultes à Strasbourg : "On a senti un manque pour l'organisation des JMJ diocésaines [avant les JMJ de Lisbonne où 250 jeunes catholiques alsaciens étaient présents, ndlr]. Il a manqué la présence d'un archevêque, pour leur dire qu'ils étaient importants, qu'ils avaient leur place dans l'église et pour les encourager. Là il y a eu un manque, c'est sûr". 

Pour la pastorale des migrants à Mulhouse, l'absence d'un évêque a mis en pause le chantier du recrutement des collaborateurs, tâche difficile depuis plusieurs années : "On cherche souvent des moutons à quinze pattes pour un salaire qui est à peine un SMIC" nous confie Béatrice, bénévole depuis 30 ans à Mulhouse. 

Des attentes fortes, mais réalistes

Dans une interview donnée à RCF Alsace, le nouvel archevêque Mgr Pascal Delannoy affiche son enthousiasme :  "J'accueille cette mission dans la sérénité, dans la joie, dans la paix". Un triptyque qui réjouit les différents responsables de secteurs, et qui dénote surtout avec ce qui est vécu sur le terrain. 

J'accueille cette mission dans la sérénité, dans la joie et dans la paix

Parmi les chantiers qui attendent le nouvel évêque, Béatrice Wieser pointe notamment la nécessité de relancer le dialogue interreligieux à Mulhouse et se réjouit du profil "social" du nouvel archevêque, à l'écoute des plus démunis et des migrants. Charge également à l'ancien archevêque de Saint-Denis de prendre soin de ses collaborateurs, de les accompagner dans leur tâches. 

On est heureux qu'il y ait un capitaine dans le bateau 

Les regards sont désormais tournés vers l'avenir pour les catholiques d'Alsace, conscients que cela va prendre du temps :  ''On est heureux qu'il y ait un capitaine dans le bateau, je pense qu'il faut qu'on se rende compte que ce n'est pas Jésus non plus, il aura des défauts" glisse avec le sourire Maire-Antoinette de Gasquet. 

La messe d'installation de Monseigneur Pascal Delannoy est prévue le 21 avril à 15h à la cathédrale Notre Dame de Strasbourg. Une nouvelle page qui s'ouvre pour les catholiques d'Alsace. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don