Accueil
Education : une nouvelle chaire dédiée à “l’indépendance stratégique de la France” va ouvrir à l’ICES
Partager

Education : une nouvelle chaire dédiée à “l’indépendance stratégique de la France” va ouvrir à l’ICES

Un article rédigé par Florine Silvant - RCF Vendée, le 7 février 2024  -  Modifié le 8 février 2024
Ils font l'actu en Vendée Une nouvelle chair va ouvrir ses portes à l'ICES

Dès la rentrée prochaine, une nouvelle chaire dédiée à “l’indépendance stratégique de la France” ouvrira ses portes à l’Institut Catholique de Vendée à la Roche-sur-Yon. Dirigée par le magistrat François Molins, elle fera travailler ensemble des enseignants, des chercheurs, et des grands noms de l’industrie vendéenne.

Le magistrat François Molins, sera à la tête de la future chair éponyme consacrée à "l'indépendance stratégique de la France" dès septembre prochain. Crédit : Auberi Maitrot - 6 février 2024 Le magistrat François Molins, sera à la tête de la future chair éponyme consacrée à "l'indépendance stratégique de la France" dès septembre prochain. Crédit : Auberi Maitrot - 6 février 2024

Dès septembre 2024, la chaire “François Molins”, dédiée à “l’indépendance stratégique de la France ouvrira ses portes à l’Institut Catholique de Vendée, à la Roche-sur-Yon. Sa spécificité est qu’elle fera travailler ensemble “des enseignants, des chercheurs, et des industriels vendéensexplique Eric Ghérardi, président de l’ICES. 

L'objectif : répondre aux défis stratégiques des fleurons vendéens 

La création de cette chaire répond à un travail de concertation entre les enseignants chercheurs et certains grands noms de l’industrie vendéenne, comme les groupes Cougnaud, Mousset, Liébot ou AMP. “C’est une première de réussir à faire travailler ces entreprises ensemble, à les faire réfléchir ensemble à ce que seraient leurs besoins”, souligne le président de l’Institut Catholique, “Notre démarche consiste à enraciner le travail universitaire dans des sujets d’utilité publique”. 

Les entreprises impliquées vont participer activement à l’élaboration du programme de cette toute nouvelle chaire : “Nous allons interroger ces partenaires sur leurs attentes”, le programme sera ensuite soumis à leur validation, puis enrichi par les enseignants chercheurs. “Des doctorants pourraient être recrutés à la rentrée prochaine” ajoute Eric Ghérardi. 

Un programme élaboré en concertation avec les entreprises

Au programme pour les élèves, “des mathématiques, de la physiques avec des sujets comme l’intelligence artificielle, les sciences de la santé pour aborder les questions relatives à l’autonomie médicamenteuse de notre pays”, détaille le président de l’ICES, “l’économie, pour aborder la santé de nos entreprises ou encore du droit, pour travailler sur notre capacité à réguler le fonctionnement du pays.” 

A la tête de cette nouvelle chaire : François Molins, dont elle porte également le nom. Ce nom ne vous est peut-être pas inconnu : magistrat, François Molins était procureur de Paris au moment des attentats du 13 novembre 2015, ou encore pendant les affaires Bygmalion et Cahuzac. Désormais en retrait de ses fonctions de magistrat, il est professeur associé au sein de l’ICES depuis le mois dernier et sera “la figure emblématique de cette chair”, annonce le président de l’Institut. François Molins et lui ont eu l’occasion de travailler ensemble par le passé, lorsque les deux hommes étaient en poste à l’Ecole militaire de Saint-Cyr. 

Des partenaires qui apportent leurs financements  

Certains grands fleurons vendéens, associés à l’enseignement de cette chaire, en sont également les mécènes. Un moyen, pour le directeur de l’ICES, de jouir d’une certaine indépendance : “Nous n’avons pas à tourner la main vers l’Etat en demandant des budgets. Nous avons essayé de construire un projet d’intérêt commun avec des chefs d’entreprises qui ne sont pas obligés de donner de l’argent, mais qui choisissent de le faire, parce qu’il y a une utilité à cela.” 

Si pour l’heure, les groupes Cougnaud, Mousset, Liébot ou AMP sont partenaires du projet, d’autres pourraient les rejoindre : “des entreprises nationales comme “Michelin”, ont aussi exprimé le désir de travailler avec nous”, révèle Eric Ghérardi. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don