Accueil
ÉCOLOGIE AUX JMJ DE LISBONNE : CINQ BRETONS PEDALENT JUSQU'AU PORTUGAL POUR NE PAS PRENDRE L'AVION
Partager

ÉCOLOGIE AUX JMJ DE LISBONNE : CINQ BRETONS PEDALENT JUSQU'AU PORTUGAL POUR NE PAS PRENDRE L'AVION

Un article rédigé par Clément Guerre - RCF Bordeaux, le 1 août 2023  -  Modifié le 1 août 2023

Notre initiative écologique des JMJ avec ces 5 Bretons qui sont arrivés dimanche soir à Lisbonne après 2 000 km à vélo. Ils nous racontent leur périple écologique et spirituel.

Augustin, Jean-Emmanuel, Helier, Ignace et Felix avec leur vélo entre le Portugal et la Bretagne pour arriver aux JMJ 2023 ©Ignace. Augustin, Jean-Emmanuel, Helier, Ignace et Felix avec leur vélo entre le Portugal et la Bretagne pour arriver aux JMJ 2023 ©Ignace.

Les JMJ 2023 font de la préservation de la maison commune un thème central inspiré par l’encyclique du Pape François Laudato si'. Parmi les milliers de pèlerins et de bénévoles qui viennent à Lisbonne beaucoup sont venus jusqu’au Portugal en cars, à la voile, ou en auto stop, transports forcément moins polluants que l’avion. Certains l'ont même fait à vélo.

 

Deux des cinq Bretons à leur arrivée à Lisbonne après 2 000 km à vélo pour rejoindre Lisbonne.

 

 

130 km par jour entre la Bretagne et Lisbonne

 

A leur arrivée, ces Bretons étaient "cuits" ce dimanche soir à Lisbonne. Après 17 jours de voyage et après avoir roulé 2 000 km à vélo, ils arrivent enfin aux JMJ. "On a l'habitude de rouler à vélo et on voulait éviter de polluer. En 2023 ça compte à nos yeux", explique Félix Rousseau.

 

Malgré tout, il y a bien eu des journées galères "lorsque notre copain Ignace a cassé son vélo et qu'on a dû rouler deux heures de plus au soleil", raconte Jean Noël Richard qui a quand même passé deux semaines "fantastiques pour venir jusqu'aux JMJ de Lisbonne".

 

Un voyage spirituel près du Christ

 

"Le vélo est un bon chemin de sanctification avant les JMJ parce qu'il demande le goût de l'effort", poursuit Félix Rousseau. Le jeune Bretons raconte aussi qu'ils étaient en plus accompagnés par le père spirituel d'un ami.

"Ils nous a appris à reconnaître les coups de pouce du bon Dieu, comme cette fontaine quand on mourrait de soif, ou bien le padre qu'on a rencontré pour dormir un soir de voyage où l'on ne savait pas où loger". 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don