Accueil
Djibouti: "le président Macron va tenter de maintenir ce qui peut l'être de la présence française"
Partager

Djibouti: "le président Macron va tenter de maintenir ce qui peut l'être de la présence française"

RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
3 questions à Djibouti: le président Macron va tenter de maintenir ce qui peut l'être de la présence française
​Le président Macron entame une tournée de trois jours en Afrique de l’Est. Il doit se rendre à Djibouti, en Ethiopie et au Kenya.
podcast image par défaut

On sait que la France a une base militaire à Djibouti. L’enjeu de la visite d’Emmanuel Macron porte sur la Défense ?

"Ce n’est pas l’objet principal de ce voyage. C’est une ancienne colonie française mais la France y est sur la défensive dans la mesure où maintenant la base française est entourée d’un dizaine de bases, et de centres d’entraînement de puissances autres, à commencer par la base américaine, chinoise, saoudienne sur ce petit territoire qui était jusqu’à présent la porte d’entrée vers l’Ethiopie. Les choses sont en train de changer assez rapidement. Le président Macron va à Djibouti pour maintenir ce qui peut l’être de la présence française, mais aujourd’hui on se rend bien compte que c’est l’Ethiopie qui représente une puissance régionale fortement soutenue par les Américains, et lorgnée par les Chinois" explique Marc Lavergne, spécialiste de la corne de l’Afrique.
 

Concernant l’étape ethiopienne, la France a-t-elle des parts de marché à aller chercher ?

"On a notre président dans son costume de commis voyageur. Je me demande si cela est très efficace dans la mesure où les entreprises françaises qui ont le courage de se lancer sur ces terres inconnues sont assez peu nombreuses. Là, on a une puissance qui se développe très rapidement, mais en synergie avec la Chine, et avec le relais des Emirats Arabes Unis qui eux financent le développement de l’Ethiopie, qui est industriel. L’Ethiopie construit sur ses propres moyens une série de barrages sur le Nil et ses affluents, ce qui va lui permettre de fournir une électricité bon marché à tous les pays voisins, et c’est le moteur de son expansion aujourd’hui" ajoute Marc Lavergne.
 

La dernière étape sera le Kenya où l’ONU tient une conférence sur l’environnement. Le président Macron vient y prêcher la bonne nouvelle écologique ?

"D’une certaine manière, c’est une façon de découvrir ce pays qui est pour l’Occident le pays stable de l’Afrique non-francophone avec des agences de l’ONU qui sont installées-là. Nairobi, la capitale, est une sorte de citadelle occidentalisée au milieu de cette Afrique qui se désertifie, qui se dégrade, dont la population augmente, et qui est en proie à des luttes intestines, à une misère grandissante" conclut-il.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don