Accueil
"Dilili à Paris": le film politique et poétique de Michel Ocelot
Partager

"Dilili à Paris": le film politique et poétique de Michel Ocelot

RCF,  -  Modifié le 26 juin 2021
L'Invité de la Matinale Dilili à Paris: le film politique et poétique de Michel Ocelot
​Michel Ocelot, le père de Kirikou, a reçu Stéphanie Gallet chez lui à l’occasion de la sortie de son nouveau film "Dilili à Paris". Entretien.
podcast image par défaut

Dilili mène l'enquête à Paris

"Dilili est une petite fille qui vient de Nouvelle Calédonie. Cela se passe à la Belle Epoque. Elle est venue grâce à un village indigène recomposé dans un parc de Paris. Elle va mener une enquête sur une chose terrible, des enlèvements de petites filles à Paris. Elle va suivre une enquête. On essaie de la capturer" explique Michel Ocelot. Va-t-elle y arriver ? Vous le saurez en allant voir ce film !

"Des enfants comme cela, j’en ai déjà rencontrés. C’est pas si artificiel que ça. Dilili est élevée par une grande institutrice, Louise Michel. Ensuite elle passe cinq mois intimes avec une comtesse du Faubourg Saint Germain. Elle assimile tout cela. On ne lui a pas appris à mal parler. Elle ne sait parler que très bien. On a beaucoup répété pour avoir une diction parfaite. On est allé à la chasse aux liaisons qu’on oublie. Et elles y sont toutes" ajoute le cinéaste.
 

Des belles personnes qui font bien leur métier

Trois femmes, telles des bonnes fées, se penchent sur Dilili durant le film. Sarah Bernhardt, Marie Curie et Louise Michel. "Elles représentent des personnages fascinants qui font bien leur métier. Elles aiment aussi leurs différences. C’est extraordinaire de pouvoir parler à une femme politique qui n’a jamais cédé sur quoi que ce soit, qui fait peur aux autorités. Toutes ces personnes sont au même niveau, très haut, car elles font bien ce qu’elles font" précise Michel Ocelot.

Il n’y a pas que des femmes dans ce film. Dilili va croiser beaucoup d’hommes, dont des hommes célèbres : Pasteur, Picasso, Proust. Une sorte de panthéon. "C’est un feu d’artifice, un bouquet. Ce sont ceux qui m’encouragent. Quand je vois la maltraitance des femmes en France et dans le reste du monde, il y a de quoi désespérer. Mais quand je vois tous ces gens qui ont bien fait leur boulot, cela m’encourage. Et je voulais tous vous les montrer" lance le réalisateur.
 

Un film politique et poétique

L’Unicef s’est associé au film pour défendre la cause de toutes les petites filles dans le monde. "Tantôt on dit que c’est un film politique, tantôt poétique. Moi je fais mon boulot le mieux possible, comme les gens dont je vous ai parlés. Je ne pense pas qu’on raconte une histoire avec des personnages aussi importants sans ne rien dire. Il faut combattre les hommes qui piétinent les femmes, et célébrer une civilisation où les hommes et les femmes sont ensembles" précise, fustigeant au passage la burka.

A ce sujet, dans le film, Michel Ocelot montre une scène où des petites filles  toutes de noir vêtues sont obligées de ramper. Une scène dure pour laquelle le réalisateur a longuement hésité. "J’ai hésité, mais je pense qu’aujourd’hui les gens hésitent trop à dénoncer le mal" conclut-il.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don