Accueil
RCF Déserts médicaux : Plonévez-du-Faou a enfin deux médecins généralistes
Partager

Déserts médicaux : Plonévez-du-Faou a enfin deux médecins généralistes

Un article rédigé par Océane Théard - RCF Côtes d'Armor, le 25 juin 2024  -  Modifié le 7 juillet 2024

Deux ans pour trouver deux médecins généralistes pour occuper une maison de santé flambant neuve. Un parcours du combattant pour la maire de Plonévez-du-Faou, commune du Centre-Finistère.

 

Depuis la semaine dernière, deux médecins occupent la nouvelle maison de santé de Plonévez-du-Faou. Depuis la semaine dernière, deux médecins occupent la nouvelle maison de santé de Plonévez-du-Faou.

Un point de départ en 2017. "On avait le projet d'une nouvelle maison de santé communale", se souvient Marguerite Bleuzen, maire de Plonévez-du-Faou. Mais la condition de l'ARS (Agence Régionale de Santé), pour ouvrir ce genre de structure, est la certitude d'avoir au moins deux médecins disponibles.

Mais en 2022, le seul médecin généraliste de la commune claque la porte, submergé par le nombre de patients. "Il faisait un burn-out (...) On se retrouve sur une commune de plus de 2 100 habitants avec plein de petites communes autour qui se retrouvent sans commerce et sans médecin, qui se greffent. Le médecin [nldr: de Plonévez] avait plus de 2 000 patients, il m'a dit : "J'arrête"", raconte l'élue. Une "catastrophe", alors que les travaux de la nouvelle maison de santé débutent.

"On a bougé tout ce qu'on a pu bouger!"

Les milliers d'habitants se retrouvent donc sans médecin, se rabattent sur les villes voisines de Pleyben, Dinéault, voire Brest ou Concarneau. Quand, finalement, un ancien médecin de la commune à la retraite décide, à 75 ans, de renfiler sa blouse. "Il s'est dit "C'est pas possible, on peut pas laisser une commune sans médecin !" (...) Il m'a dit qu'il s'installerait en attendant qu'on fasse de la pub et qu'on trouve de nouveaux médecins qui voudraient venir". Ce nouveau médecin est donc en poste depuis janvier, mais il reste encore un poste à pourvoir. "On a fait des flyers, on est passés à la télé, à la radio. On est allés à la faculté de Brest de médecine, on a fait une journée d'information avec des jeunes internes. On a bougé tout ce qu'on a pu bouger!", énumère Marguerite Bleuzen. Finalement, l'élue entre en contact avec un médecin du Nord qui souhaite s'installer en Finistère. Mais il faudra attendre deux ans avant son installation définitive. "Ça y est il est là depuis jeudi dernier", se réjouit-elle.

Il nous reste encore deux places de libre, pour accueillir des jeunes médecins. "On peut en accueillir deux voire trois",  espère l'édile, car il reste encore des habitants sans médecin.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don