Accueil
Des binômes d’ambulanciers et d’infirmiers travaillent désormais ensemble au Samu de Rennes
Partager

Des binômes d’ambulanciers et d’infirmiers travaillent désormais ensemble au Samu de Rennes

RCF Bretagne, le 22 décembre 2023  -  Modifié le 26 décembre 2023

Une expérimentation inédite en France vient de débuter au Samu de Rennes pour limiter les passages aux urgences. Des binômes d’infirmiers et d’ambulanciers vont faire équipe sur un rayon de 45 minutes autour de la ville, pour prendre en charge certains patients directement à domicile.

L'Atsu met à disposition un véhicule dans le cadre de cette expérimentation - RCF Alpha L'Atsu met à disposition un véhicule dans le cadre de cette expérimentation - RCF Alpha

Une personne âgée qui chute à son domicile et nécessite un pansement, une injection d’antalgiques, autant d’actes médicaux pour lesquels il sera désormais possible d’éviter un déplacement aux urgences du CHU de Rennes, déjà saturées avec 200 admissions chaque jour aux urgences de l’hôpital rennais. Dans le cadre des quinze projets labellisés en Bretagne par le Conseil national de la refondation en santé, des binômes d’infirmiers libéraux et d’ambulanciers feront équipe, à titre expérimental, pour une durée de 6 mois, dans un rayon de 45 minutes autour de Rennes.

Limiter les passages aux urgences

Une douzaine d’infirmiers et une quinzaine d’ambulanciers se sont déjà portés volontaires pour ce dispositif testé une première fois l’été dernier, le temps de trois week-ends. Parmi eux, Rozenn, infirmière libérale à Retiers, qui a eu l’occasion de partir en intervention, et de réaliser des soins au domicile du patient, évitant ainsi un déplacement aux urgences. “C’est très valorisant dans mon métier, explique-t-elle, de permettre un maintien à domicile, d’évoluer aussi dans mes compétences, grâce aux formations proposées dans le cadre de cette expérimentation”.

Un binôme sera d’astreinte tous les jours de 9h à 20h pendant la durée des vacances, puis tous les week-ends et jours fériés, depuis deux sites, à Rennes et Bruz. Le dispositif évite aussi de mobiliser des ambulances, constate Vincent Tizon, président de l’Association des transports sanitaires urgents d’Ille-et-Vilaine, qui assure 55 000 interventions par an.

“Il faut optimiser les prises en charge, notre volume d’intervention grossit de 10 % chaque année, et beaucoup de patients que l’on accompagne aux urgences n’ont pas lieu d’y être, si un soin peut leur être apporté chez eux.”


Une prise en charge médicale à domicile

Les ambulanciers ne sont pas compétents pour réaliser certains soins, comme nettoyer une plaie ou procéder à des injections d’adrénaline, ce que l’infirmier lui, peut faire, explique le docteur Tarik Cherfaoui, chef de service adjoint du Samu au CHU de Rennes. Grâce à la téléconsultation, un médecin régulateur du Samu pourra en direct faire une prescription, si besoin. Dans tous les cas, la prise en charge d’urgence commence par un appel au 15, avant de se présenter aux urgences, rappelle le Dr Cherfaoui.

Le projet bénéficie d’un soutien financier de 50 000 euros de l’Agence régionale de santé Bretagne. Un “très bon exemple de coordination des différents acteurs de la chaîne de soin”, souligne Elise Noguera, directrice générale de l’ARS Bretagne.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don