Accueil
Denis Grozdanovitch: "Les échecs sont un jeu d'une richesse inouïe"
Partager

Denis Grozdanovitch: "Les échecs sont un jeu d'une richesse inouïe"

Un article rédigé par Simon Marty - RCF,  -  Modifié le 22 janvier 2021
L'Invité de la Matinale Denis Grozdanovitch: "Les échecs sont un jeu d'une richesse inouïe"
L'écrivain, ancien joueur de tennis et amateur d'échecs revient sur ce jeu de plus en plus populaire, qui pousse souvent au dépassement de soi-même.
Clara Gabillet Clara Gabillet

Cela fait des siècles que l’on joue aux échecs partout dans le monde. Mais les confinements et une série ont donné encore plus de popularité à ce jeu, y compris auprès des plus jeunes. Denis Grozdanovitch, ancien champion de tennis et joueur d'échecs, a publié "La vie rêvée du joueur d'échecs" (éd. Grasset).

Un jeu magique

Si les échecs ont autant de succès, c’est parce que "c’est un jeu qui est un peu magique", selon Denis Grozdanovitch. Plus encore, ce jeu s’apparente au "phénix qui renaît de ses cendres" car il suffit, selon l’auteur, de remettre les pièces en place après la défaite pour retrouver l’espoir de gagner. "C’est un jeu d’une richesse inouïe", ajoute-t-il.

Le jeu a aussi connu un bond de popularité avec la diffusion de la série "Le jeu de la dame" sur la plateforme Netflix. Denis Grozdanovitch ne l’a pas vue mais le scénario lui rappelle la meilleure joueuse d’échecs du monde, Judit Polgár. Son jeu est "très fluide, pas musculeux comme celui des hommes", selon l’écrivain.

Une leçon de tenacité

Les échecs sont fait de stratégie et de tactique, le premier correspondant à la planification, le deuxième aux moyens pratiques employés. "Ça apprend la tenacité, ça apprend que tout adversaire a toujours des ressources inespérées", assure Denis Grozdanovitch.

Jouer aux échecs peut nous renvoyer face à notre idéal. "Aux échecs les gens ont vraiment l’impression de se livrer à une mise en question d’eux-même", affirme le joueur.

Mais il peut aussi y avoir un revers, assure Denis Grozdanovitch, qui a connu une addiction aux échecs et n’y a plus jamais rejoué depuis. Avant cela, les échecs étaient un exhutoire pour lui. "Les échecs, vous investissez tellement que quand vous jouez une heure, vous renaissez, vous avez l’impression d’aller au bout du monde", conclut-il.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
L'Invité de la Matinale

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don