Accueil
Déjà 30 patients opérés avec l’assistance d’un robot à la Clinique Mutualiste de la Porte de L'Orient

Déjà 30 patients opérés avec l’assistance d’un robot à la Clinique Mutualiste de la Porte de L'Orient

Un article rédigé par Pierre Girault - RCF Sud Bretagne, le 21 septembre 2022  -  Modifié le 21 septembre 2022
3 questions à (Sud Bretagne) 30 opérations réalisées à l’aide d’un robot à la Clinique Mutualiste de Lorient

Depuis mai 2022, la Clinique Mutualiste de la Porte de L'Orient s’est équipée d’un robot pour assister les chirurgiens lors des opérations. Un système de plus en plus courant dans les établissements de santé. Retour d’expérience avec des urologues sur place, à Lorient. 

 

Installation du robot © Clinique Mutualiste de la Porte de L'Orient Installation du robot © Clinique Mutualiste de la Porte de L'Orient

Il ne fait pas la taille d’un humain et il ne nous ressemble pas. Nous parlons ici ‘’d’assistance robotique’’ avec ‘’Da vinci’’, le nouveau pensionnaire de la Clinique Mutualiste de la Porte de L'Orient. ''Il n'opère pas à la place du chirurgien, il facilite le geste opératoire pour des interventions assez complexes'' commente le Docteur Debras, chirurgien urologue. Avec 6 collègues, il a pris en main la nouvelle machine apportant des solutions concrètes : ‘’ce système permet d’avoir des suites opératoires le plus souvent facilitées, surtout si on compare aux interventions par voie traditionnelle avec une cicatrice’’ ajoute-t-il. Le Docteur Lesur fait lui aussi partie de l’équipe, il nous explique que Da Vinci ‘’sera utilisé dans les domaines de la cancérologie, de la prostate, dans le rein et dans l’appareil urothélial (vessie et haut appareil).’’

 

Un joystick à la place du scalpel pour le chirurgien

 

Concrètement lors d’une opération, le patient se voit mettre à travers la peau des ‘’trocarts’’, des tiges métalliques utilisées régulièrement pour les interventions. Les instruments sont ensuite connectés au bras robotisé du système. Le chirurgien se trouve à l’écart, se servant d’un joystick actionnant le robot. Un infirmier se trouve au plus proche du patient, utilisant les instruments non adaptés pour le robot. Avec cette nouvelle approche, les personnels de la salle d’opération doivent prendre un peu plus de temps de préparation, mais le Docteur Debras précise que ‘’la durée d’intervention pour le patient est similaire à celle qu’il connaît avec d'autres moyens opératoires''.

 

Des formations indispensables pour la bonne utilisation

 

Pour appréhender cette nouvelle approche de la médecine, les jeunes médecins sont maintenant formés lors de leurs études. Cependant dans le cadre de l’arrivée d’un robot comme celui-ci, une formation a été réalisée à Strasbourg et à Nancy dans des ‘’centres experts’’. Des chirurgiens se sont également déplacés dans le Morbihan pour accompagner les professionnels lors des premières interventions. D’autres formations vont voir le jour prochainement pour le personnel de la clinique mutualiste.

 

Un remplacement des humains par la robotique dans le secteur médical ? 

 

C’est une peur que beaucoup peuvent avoir en voyant l’arrivée d’un robot dans une salle d’intervention chirurgicale. Pour le Docteur Debras, nous sommes encore loin de voir un robot faire une opération autonome, ‘’pas avant très longtemps, la formation chirurgicale humaine a encore de beaux jours devant elle’’. Pour l’instant aucun refus n’a été vécu par les  équipes médicales. ‘’C’est même plutôt l’inverse’’ déclare le Docteur LeSur ‘’ce sont nos patients qui le demandent, certains se déplacent pour bénéficier de cette prise en charge’’.

 

Un budget conséquent pour la Clinique 

 

Le coût du robot dépasse le million d’euros, même si la clinique mutualiste de la Porte de L'Orient a négocié le tarif de plusieurs milliers d'euros. Un très gros investissement pour la clinique, sans oublier le coût unique des pièces à chaque opération. Au total, sont prévues entre 180 et 200 interventions par an.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©Pixabay
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
3 questions à (Sud Bretagne)

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don