Accueil
Déficit public: "la bonne politique, on la connaît" explique Marc Touati
Partager

Déficit public: "la bonne politique, on la connaît" explique Marc Touati

Un article rédigé par Florence Gault - RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
3 questions à Déficit public: la bonne politique, on la connaît explique Marc Touati
​Dans son rapport annuel publié mercredi 6 février dernier, la Cour des comptes appelle le gouvernement à réduire urgemment la dépense publique du pays.
podcast image par défaut

Pour les sages de la rue Cambon, la dépense publique entraîne le dérapage des déficits et pèse sur une croissance déjà peu florissante.

Ce rapport de la Cour des comptes tire la sonnette d’alarme sur les déficits que la France laisse filer. Partagez-vous ce pessimisme ?

"Les rapports de la Cour des comptes se suivent et se ressemblent. Ce n’est pas nouveau. Mais il y a un degré supplémentaire avec une augmentation de la dépense publique, des recettes fiscales qui ne sont pas au rendez-vous, et surtout la croissance qui ne sera pas du tout à l’aune de 1,7%. Nous serons dans le meilleur des cas entre 1 et 1,2% de croissance. De facto, il y aura plus de déficit. La Cour des comptes a raison de tirer la sonnette d’alarme. Malheureusement cela ne servira à rien car l’État continue d’augmenter sa dépense publique, et ceci entrave la dynamique économique. Par ailleurs, nous sommes le numéro un mondial des prélèvements obligatoires" explique Marc Touati, économiste et président du cabinet ACDefi.
 

Le gouvernement est coincé entre le marteau et l’enclume. Quelle serait la bonne politique au final ?

"La bonne politique est très claire, on la connaît. Mais elle risque d’aboutir sur un grand soir fiscal : baisser la pression fiscale, massivement, pour tous. Et dans le même temps il faut optimiser la dépense publique. On ne peut pas accepter d’avoir un tel poids de dépense publique et d’avoir en échange une croissance sur dix ans de 0,8% par an, un taux de chômage à plus de 9% et une pauvreté qui ne baisse plus. C’est la preuve que cette dépense publique fonctionne mal. Ce n’est pas un problème de quantité, mais de qualité" conclut l'économiste.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don