Accueil
De retour de Ouagadougou
Partager

De retour de Ouagadougou

RCF,  -  Modifié le 9 mars 2018
podcast image par défaut

Nous avons laissé nos amis, tristes et abattus, notamment toute l’équipe de CARITAS Burkina. Ils se démènent pour porter de beaux projets de développement et des actions qui construisent la paix …Par exemple, le matin même de l’attentat le responsable de Justice et Paix nous disait "tout semble aller bien mais ce n’est pas encore la véritable paix" .

Oui, car la société reste très fragile. Certes la démocratie est installée, ce qui est loin d’être le cas dans tous les pays d’Afrique ; des élections libres présidentielles et législatives ont eu lieu en 2015.  Il avait fallu, quand même, pour en arriver là,  que toute la jeunesse descende dans la rue et fasse ce qu’ils appellent maintenant « la révolution d’octobre 2014 ». Révolution pacifique réussie pour que le président Blaise Compaoré comprenne qu’il ne pouvait pas triturer la constitution pour se représenter sans provoquer la colère de la rue . Il a quitté le pays et ouvert la voie à un nouvel espace démocratique ….espace fragile car la corruption est présente à tous les étages.

Il est difficile d’avoir accès à ses droits dans les administrations, y compris parfois à l’hôpital, sans payer. L’Etat est faible, peu organisé et pauvre ce qui fait dire à un de nos partenaires, "l’Etat peut compter sur les ONG, mais les ONG ne peuvent pas compter sur l’Etat". Les enseignants étaient en grève récemment, et la scolarisation est loin d’être assurée sur tout le territoire. Pour des raisons  économiques ou de conflit familial les jeunes quittent les villages pour venir en ville ; ils sont aussi de plus en plus nombreux à rejoindre les sites aurifères « artisanaux ».  Mais pour descendre à 30 ou 50 m à mains nues, il faut se droguer. Les jeunes deviennent donc très vite la proie de tous les traffics.

Mais la jeunesse bouge ! CARITAS a réuni plus de 300 jeunes de toutes religions à Ouaga pendant 3 jours en décembre dernier pour un forum de la paix. Le Balai citoyen, à l’origine de la Révolution de 2014 et lancé par des artistes, continue ses concerts pédagogiques dans tout le pays : musique, éducation civique et politique, musique !! Des clubs Balai citoyen se développent dans le pays, des débats ont lieu à l’université et sur les réseaux sociaux. Les jeunes, les artistes, les universitaires sont la force du Burkina.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don