Accueil
Covid-19: situation "défavorable" dans les Alpes-Maritimes
Partager

Covid-19: situation "défavorable" dans les Alpes-Maritimes

Un article rédigé par Stèvelan Chaizy-Gostovitch - RCF Nice Côte d'Azur,  -  Modifié le 9 février 2021
Le taux d'incidence du Covid-19 progresse plus lentement dans les Alpes-Maritimes. La préfecture demande la plus grande vigilance. Les hôpitaux se maintiennent au bord de la saturation.
Le point de situation épidémique à la préfecture des Alpes-Maritimes ce mardi 9 février Le point de situation épidémique à la préfecture des Alpes-Maritimes ce mardi 9 février

Ce lundi 9 février, l'ARS donne aux Alpes-Maritimes un taux d'incidence très stable. Ce serait rassurant si le taux n'était pas aussi élevé depuis plusieurs semaines: 453. C'est même plus de 500 sur la métropole Nice Côte d'Azur. "Le taux d'occupation des lits est de 88%" explique l'agence régionale de santé qui dit continuer les opérations de tracing des cas contacts. Car le préfet Gonzalez le répète: la solution aujourd'hui cela reste les gestes barrières, "les comportements de prudence" qu'il faut continuer d'adopter. 

Une maladie qui évolue de façon imprévisible 

Car si l'on pousse la porte d'un hôpital niçois, la situation que l'on aurait sous nos yeux serait celle d'une casserole de lait sur le feu à la limite de déborder. Le professeur Michel Carlès parle d'une "maladie qui évolue de façon imprévisible". Infectiologue à Nice, il nous raconte que l'hôpital fait désormais preuve d'agilité pour maitenir le taux d'occupation le plus loin du 100%. "La mise en place de lits intermédiaires pour éviter la saturation" est une réalité du CHU. D'ailleurs la vaccination ne doit pas nous faire relacher notre vigilance. Le Pr Carlès voit "beaucoup de gens contaminés après la première dose de vaccins". 

Reste la question des variants. Ils jouent un rôle important. On estime désormais que l'anglais serait dû à 14% des cas. Il va même prendre le rôle principal explique le Pr Olivier Guérin, président de la société Française de gériatrie et gérontologie.

La vaccination, nerf de la guerre 

Le Pr Guerin, sans hésiter, affirme qu'il est "très important de protéger en premier lieu les plus à risques". Un chiffre glissé aux oreilles des journalistes vient l'appuyer: "Les résidents en EHPAD, c'est 30% des morts et 1% de la population". Dans les Alpes-Maritimes, ils ont donc été vaccinés tous azimuts (15 334 injections) et il faut désormais garder des dose de côté pour réaliser la deuxième (1216 l'on déjà reçu). 

l'ARS fait une promesse: tous les plus de 75 ans qui souhaitent se faire vacciner dans les Alpes-Maritimes bénéficieront de la première injection au maximum à la fin du mois de mars. Dans le département cela représente 135 000 habitants à vacciner si tout le monde réclame sa dose. 

Les chiffres: 

97 personnes dans les services de réanimations du département.

736 personnes hospitalisées.

14 000 vaccins livrés le 15 février. 

57 000 tests effectués chaque semaine dans le département des Alpes-Maritimes, 8,9% de positifs. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don