Accueil
Covid-19: "On n'a pas utilisé le temps de latence entre les pays pour se préparer au pire", selon Christine Ockrent
Partager

Covid-19: "On n'a pas utilisé le temps de latence entre les pays pour se préparer au pire", selon Christine Ockrent

Un article rédigé par Simon Marty - RCF,  -  Modifié le 9 novembre 2020
L'Invité de la Matinale Covid-19: "On n'a pas utilisé le temps de latence entre les pays pour se préparer au pire", selon Christine Ockrent
L'épidémie de covid-19 a mis en lumière les difficultés des pays à gérer ce type de crise, et leur interdépendance dans le jeu international.
DR DR

Face à une menace inconnue que représentait le Covid-19, comment ont réagit les différents régimes politiques à travers la planète ? Certains n’ont pas vu venir l’épidémie, n’ont pas su l’endiguer et ce virus a profondément marqué les relations internationales. La journaliste et écrivaine Christine Ockrent en raconte l’histoire dans "La guerre des récits" (éd. l'Observatoire).

C'est en plein confinement que Christine Ockrent a eu l'idée d'écrire. "Je me suis dit que c’était un moment étrange où on sentait que nous étions tous figés et ralentis et on voyait les rapport de forces entre les puissants de ce monde se cristalliser", explique-t-elle. 

L’un des premiers événements qui a alerté la journaliste est le refus de la Chine de reconnaître la dangerosité du coronavirus en décembre 2019. Alors que le virus vient de se développer à Wuhan, "il est plus important pour eux de maintenir le calendrier des célébrations politiques", explique-t-elle. Ce n’est qu’à partir du 20 janvier que le président Xi Jinping décide de mobiliser tous les moyens pour confiner la population et endiguer le virus.

Le cas américain

Une autre des grandes puissances mondiales qui a eu des difficultés face au Covid-19 : les États-Unis. Plus de 200 000 Américains en sont morts. La gestion de l’épidémie est "cahotique" explique-t-elle. "Le pouvoir fédéral à Washington incarné par Donald Trump va nier cette épidémie. C’est inouï dans la première puissance du monde. On voit un système de santé publique qui s’effondre", assure la journaliste. 

Une des relations qui illustre cette gestion difficile est celle entre le président Donald Trump et l'immunologue Anthony Fauci. Ce dernier a pendant de longues semaines assisté aux différentes conférences de presse de Donald Trump. Face aux affirmations souvent fausses du président, Anthony Fauci a été impuissant, déclarant un jour "Je ne peux pas contredire le président des États-Unis". "Fauci est devenu l’incarnation de la science et on sait que Donald Trump vis-à-vis des experts a toujours manifesté la plus profonde méfiance et le mépris", explique Christine Ockrent.

L’Europe n’a pas brillé non plus dans sa gestion de l’épidémie

La gestion de l'épidémie au niveau européen n'a pas été exemplaire non plus. "Il faut dire deux choses, d’abord que la santé publique ne fait pas partie de la politique commune européenne. Ensuite, on n’a pas utilisé ce temps de latence entre nous et l’Italie pour se préparer au pire", affirme la journaliste. 

Des pays interdépendants

Cette crise sanitaire a aussi mis en lumière l’interdépendance entre les pays. "Sur le plan économique, l’interdépendance est évidente. Il y a pour l’Europe une opportunité. Le plan de relance est un tournant majeur par rapport aux habitudes précédentes", affirme Christine Ockrent. Sur le volet sanitaire, l’interdépendance va s’amplifier avec l'arrivée d'un vaccin contre le Covid-19. "Les Chinois sont en avance et ils vont proposer gratuitement leurs vaccins. Reste à savoir si on aura confiance en cela", conclut l'écrivaine.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don